Fugues 1984-2009

1998 ce fut l'année de... Alan B. Stone

Yves Lafontaine
Commentaires
À l’été, Alan B. Stone fait l’objet d’une importante exposition, Images d’hommes, à l’Écomusée du fier monde et, en 1999, on peut admirer Montréal années cinquante au Centre d’histoire de Montréal. Pendant plus de quarante ans, ce photographe montréalais a constitué une impressionnante collection d’images d’hommes — en parti-culier des culturistes, mais pas uniquement — et de Montréal. Il a été redécouvert par les Archives gaies du Québec, qui sont les légataires de ses œuvres. Le réalisateur Jean-François Monette tourne, en 2006, Eye on the Guy: Alan B. Stone & The Age of Beefcake, un documentaire sur ce photographe qui fait le tour des festivals à travers le monde. Et ce fut également l'année de...


Le nageur canadien Mark Tewksbury, connu pour avoir remporté l'épreuve du 100 mètres dos au Jeux olympiques de Barcelone, déclare publiquement qu’il est gai lors d’une entrevue à Toronto et devient militant pour les droits des gais et lesbiennes. Il sera le coprésident des Outgames mondiaux. Il aura fallu des menaces d’excommunication à leur endroit pour que les paroissiens de la communauté presbytérienne de St-Andrews dans l’Ouest de Montréal, dont le pasteur s’affiche comme gai depuis des années, se retrouvent à devoir choisir entre leur pasteur et l’Église presbytérienne du Canada. Ils optent finalement pour leur pasteur et décident que leur paroisse sera dorénavant indépendante.


André Montmorency fait la couverture de Fugues et sa rentrée télé comme animateur de Sortie Gaie, la nouvelle émission de Canal Vie, produite par le groupe Coscient, une émission grand public consacrée aux gais et aux lesbiennes, conçue et réalisée par des gais et des lesbiennes.


L’amnésique
Fin 1998, un fait divers retenait notre attention pendant plusieurs mois. Un jeune homme était retrouvé sans mémoire dans une rue de Montréal. Diagnostiqué amnésique après une longue série d’examens, il se retrouvait hébergé par un bénévole de Gay Line puisque la seule chose dont il se souvenait, c’est qu’il était gai. James Brighton, le nom qu’il pensait être le sien, sans en être absolument sûr, allait défrayé la chronique pendant plusieurs mois. Qui était-il? Et surtout, jouait-il la comédie ou était-il vraiment amnésique? Les médias allaient s’emparer de son cas et surtout participer à la recherche de son identité.

Matthew Shepard
Le 7 octobre 1998, Matthew Shepard, un étudiant universitaire âgé de 21 ans, rencontre dans un bar de Laramie au Wyoming, deux jeunes hommes qui l’invitent à finir la soirée ailleurs. Conduit en dehors de la ville, puis attaché à une clôture, il est torturé, battu avec un fusil par ses attaquants, et laissé entre la vie et la mort dans le froid. Le corps battu de Shepard, toujours coincé par la clôture, est retrouvé 18 heures plus tard sans connaissance. Son visage avait été durci par le sang, excepté là où ses larmes l’avaient lavé. Il a vécu cinq jours sans reprendre conscience. Les deux jeunes tueurs de Shepard ont plus tard admis qu’il avaient visé le jeune homme parce qu'il était gai. Ce massacre horrible a capté l’attention du monde entier. Des célébrités ont publiquement dénoncé la violence contre les gais et le Président Clinton a publié un texte invitant les Américains «à chercher dans leurs cœurs pour réduire leurs propres craintes, inquiétudes et colères envers les gens qui sont différents.»

Elle l’a dit dans Fugues...
«Je n’ai pas de problème avec le fait qu’une femme me cruise. Un beau corps de femme est aussi agréable à regarder qu’un corps d’homme, que ce soit au 281, dans un ma-gazine ou dans un film. »
Francine Grimaldi (Chroniqueuse)


Union de l’art et de la techonologie...
Les avancées de l’infographie ont fait évoluer considérablement les couvertures de Fugues, permettant d’abord un choix de caractères plus grand, puis des modifications — d’abord mineures puis de plus en plus importantes —, allant jusqu’à la fabrication d’une image finale à partir de plusieurs photos, et ce, sans que cela ne paraisse. Une technique où Dominic Brunet et Patrick Leclair de Fotofusion sont passés maî­tres. On doit à ce duo, dont l’un est photographe et l’autre retoucheur d’ima­ges, plus d’une centaine de couvertures de Fugues depuis août 1998.