19, 20 et 21 février à Montréal

La vérité sur Tchaïkovski

Émile Cadieux
Commentaires
Eifman Ballet Théâtre de Saint-Pétersbourg, invité par les Grands Ballets Canadiens, à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, les 19, 20 et 21 février, 20 h; causeries - 19 h à 19 h 30. Billeterie, laplacedesarts.com ou, du lundi au samedi : 9 h à 20 h, au 514 842-2112 ou 1 866 842-2112. Pétersbourg, qui avait offert à Montréal sa renversante Giselle rouge en 2005, remonte sur scène avec Tchaïkovski possédé par son double. Ballet en deux actes pour les 45 danseurs de la compagnie, l'œuvre, grandiose, nous plonge dans la vie tourmentée de l'artiste russe, torturé par une homosexualité réprimée, et déchiré entre sa soif de reconnaissance et son désir de rébellion. Tchaïkovski possédé par son double évoque avec sincérité la vie profonde du compositeur, ses deux visages, incarnés par deux danseurs, ses tourments intérieurs, ses désirs contradictoires de célébrité et de révolte, les vicissitudes d'un mariage malheureux, ses tendances homosexuelles, son angoisse morbide, sa relation étrange avec sa mécène, la baronne Nadejda von Meck, avec qui il entretint des échanges épistolaires pendant de nombreuses années.

Le ballet est bâti sur quelques œuvres de Tchaïkovski, dont la Symphonie no 5, la Liturgie de Saint-Jean Chrysostome, la Sérénade pour cordes op. 48 et la finale de la Pathétique, et comporte également des références à quelques-uns de ses ballets. Longtemps occultées, les tendances homosexuelles de Tchaïkovski ne font pas mystère dans ce ballet, nous explique Boris Eifman, qui débute «alors que Tchaïkovski est sur son lit de mort, les scènes du passé resurgissent devant les yeux de l'artiste. La baronne von Meck est là, présente à ses derniers instants. Mais elle apporte avec elle l'espoir, la déception cruelle et funeste. Son épouse, Antonina, l'entraîne dans une vision cauchemardesque. Son double est là aussi, le moi qui le torture depuis toujours, source éternelle d'angoisse et d'extase, de déchirement et d'inspiration.» D'une remarquable efficacité, Tchaïkovski possédé par son double est une chorégraphie puissante, originale, sur fond de classicisme, avec de multiples éléments tout à fait contemporains. Traversée par les personnages issus de ballets légendaires du compositeur russe, l'œuvre tisse brillamment des extraits de ses chefs-d'œuvre musicaux et met par ailleurs en lumière l'extraordinaire intensité dramatique et la technique sans failles des danseurs de la compagnie. Ce ballet a remporté un immense succès à Paris et à New York et c’est un bonheur de pouvoir le voir maintenant à Montréal !