4 novembre 2008 : Élections présidentielles et les référendums régionaux

Le principal enjeu en Californie est le mariage gai

Chantal Cyr
Commentaires
Alors que le reste des Etats-Unis (et du monde) a les yeux tournés vers la présidentielle du 4 novembre, ce combat passe presque au second plan en Californie où le sort du mariage homosexuel sera décidé par un référendum d'initiative populaire, le même jour. Bien que gouverné par un républicain, l’ex-acteur Arnold Schwarzenegger, l'état américain le plus populeux semble acquis au démocrate Barack Obama, à qui les derniers sondages accordent une vingtaine de points d'avance sur son concurrent John McCain. Plus ténue semble être la marge entre ceux qui sont pour ou contre la Proposition 8, qui amenderait la Constitution de l'État de 37 millions d'habitants pour définir que «seul un mariage entre un homme et une femme est valide et reconnu en Californie». La Proposition 8, initiative de groupes conservateurs, vise à annuler la décision de la Cour suprême californienne, qui avait ouvert en mai dernier la voie aux unions légales entre personnes du même sexe, au nom de la lutte contre la discrimination. Ses partisans font valoir que les juges sont allés contre la volonté populaire, puisque en 2000, les électeurs californiens avaient voté à 61% pour amender le code civil et interdire aux couples homosexuels de se marier. C'est précisément cet amendement qui a été annulé par la Cour suprême.

Depuis huit ans, la tolérance envers les unions gaies a pourtant progressé. Selon deux récents sondages, la lutte sera chaude : les deux camps seraient nez-à-nez, chacun remportant environ 48 % des votes. Rien n'est donc joué vu la marge d'erreur et les sommes mobilisées par les tenants de la proposition 8 pour viser des groupes censés réceptifs à la défense des valeurs familiales traditionnelles, comme les latino-américains, catholiques, qui représentent 30% de la population de la Californie.

La campagne «Protégez le mariage, protégez la famille» affirme que «les écoles publiques, qui doivent enseigner le rôle du mariage, vont devoir apprendre aux élèves que le mariage homosexuel est la même chose que le mariage traditionnel, en commençant par la maternelle». Ces assertions, qualifiées de «mensonges» par le principal groupe de défense des homosexuels, le GLAAD, ont aussi été réfutées par le responsable de l'enseignement public en Californie, Jack O'Connell. «Nos écoles publiques ne sont pas obligées d'enseigner le mariage. Et, en vérité, les programmes sur les questions de santé sont choisies par les administrations locales. Quelle que soit l'opinion sur le mariage, nous pouvons nous mettre d'accord sur le caractère mauvais des discriminations», a-t-il dit.

La bataille de la proposition 8, dont MM. Obama et McCain se sont prudemment tenus à l'écart, transcende les divisions politiques et religieuses. Elle est tellement acharnée que les deux camps ont déjà dépensé près de 60 millions de dollars pour défendre leurs positions.

En fin de semaine dernière, les partisans du «oui» avaient levé 27,5 millions de dollars, «dont 10 millions donnés par l'église mormonne», selon le GLAAD, et leurs concurrents 31,2 millions, dont 100 000 dollars donnés chacun par plusieurs vedettes, dont Steven Spielberg, Brad Pitt et l'animatrice de télévision Ellen DeGeneres. Cette dernière fait d’ailleurs partie des 18 000 couples de Californiens et d'habitants d'autres États de l'Union qui ont échangé légalement leurs vœux avec leurs partenaires depuis l'ouverture du mariage aux gais, en juin dernier.

Deux autres États organisent aussi un référendum sur la question, ce mardi : la Floride et l'Arizona

Floride
Le texte soumis aux électeurs de Floride va beaucoup plus loin que celui soumis aux électeurs de Californie. Il vise non seulement à inscrire dans la Constitution que le mariage est l'union entre un homme et une femme, mais aussi à interdire de créer ou de reconnaître un statut «équivalent» au mariage, ce qui vise les unions civiles ou les partenariat enregistrés. Un sondage publié le 31 octobre indique que le Oui recueillerait 55%, et le Non 35%. Pour que cet amendement soit adopté, il doit recueillir 60%. Son sort dépend donc des 10% d'indécis. Notons que la Floride interdit déjà le mariage homo dans ses lois, ce qui fait dire aux opposants à ce référendum qu'il est inutile d'inscrire cette interdiction dans la constitution.

Arizona
Quant aux électeurs d'Arizona, ils se prononceront pour (ou contre) inscrire dans la constitution que le mariage est l'union entre un homme et une femme, à l'instar de la proposition 8 en Californie. En 2006, un amendement constitutionnel, qui prévoyait d'interdire non seulement le mariage homo, mais aussi tout autre statut pour les couples homos, avait été rejeté de justesse dans cet État. Un sondage publié le 30 septembre donnait le Oui en tête avec 49%, contre 42% pour le Non. Ici encore, ce sont les 9% d'indécis qui vont faire la différence.