conseils santé

Y a-t-il un lien entre le VIH et les maladies cardiaques?

Dr Pierre Coté
Commentaires
Grâce à l’efficacité des traitements anti-VIH à prévenir les complications et la mortalité liées au sida, les personnes qui ont contracté le VIH ont désormais une espérance de vie beaucoup plus longue. En raison de cette espérance de vie prolongée, on a commencé à noter, chez ces personnes, une augmentation du taux de maladies cardiovasculaires et d’accidents vasculaires cérébraux (AVC). Certaines conditions sont clairement identifiées comme pouvant augmenter le risque de maladies cardiovasculaires. Ces facteurs de risque peuvent être regroupés en deux grandes catégories : les facteurs de risques qui ne peuvent être modifiés, comme l’âge, le sexe masculin et le fait d’avoir quelqu’un dans sa famille rapprochée ayant une maladie cardiaque; et les facteurs que l’on peut potentiellement modifier, comme le tabagisme, la haute pression, un taux de cholestérol élevé, une faible activité physique, le diabète, le surpoids et le stress.
Au cours des dernières années, un nombre de plus en plus important de jeunes personnes infectées par le VIH ont développé des problèmes cardiaques. On ne comprend pas encore tout à fait pourquoi ces personnes sont exposées à un risque plus grand de maladies cardiovasculaires. Plusieurs facteurs peuvent être responsables. On croit que le VIH lui-même pourrait avoir un effet à long terme sur les vaisseaux sanguins qui pourrait favoriser leur éventuel durcissement et augmenter ainsi le risque de développer un problème cardiaque.
De plus, certains médicaments anti-VIH peuvent augmenter le gras (comme le cholestérol et les triglycérides) dans le sang en augmentant de toute évidence le risque d’artériosclérose (durcissement des artères). On sait également que la durée du traitement anti-VIH peut influencer le risque de faire une maladie cardiaque. Il faut cependant signaler que chez les personnes VIH+, on retrouve plusieurs facteurs de risques traditionnels tels un très haut taux de tabagisme. On retrouve également beaucoup plus d’hommes séropositifs d’âge plus avancé.

Ce que vous pouvez faire pour diminuer les risques d‘avoir une maladie cardiovasculaire
Cesser de fumer. L’arrêt du tabagisme est une des mesures les plus efficaces pour réduire les risques d’une complication cardiaque ou d’un cancer du poumon. Il est très difficile de cesser de fumer, mais sachez qu’il existe de nombreuses ressources pour vous aider à quitter la cigarette, que ce soit par des timbres, des médicaments ou différents programmes de soutien.

L’activité physique. Être actif physiquement est très important, tant pour sa santé physique que mentale. En plus d’aider habituellement à diminuer le stress, l’exercice aide à maintenir un poids santé plus facilement, en dépensant des calories, en maintenant également un taux de gras plus satisfaisant et une pression sanguine plus basse. L’exercice aérobique, même modéré, comme trente minutes quelques fois par semaine, peut améliorer votre santé cardiovasculaire. Il faut savoir cependant qu’un exercice anaérobique comme les poids et altères n’améliore pas la santé cardiovasculaire.

Maintenir un poids santé. Une perte de poids, si nécessaire, peut aider à diminuer le taux de gras dans le sang. Elle peut également aider à normaliser la pression sanguine. Cependant, pour certaines personnes séropositives, atteindre son poids santé peut vouloir dire augmenter de poids, particulièrement sa masse musculaire. Il peut être très utile de rencontrer une nutritionniste.

Avoir une saine nutrition. Une diète santé inclut une quantité réduite en gras et en cholestérol. Elle inclut également une diète réduite en sel. La quantité d’alcool devrait aussi être limitée (bien que certaines études suggèrent qu’une faible quantité d’alcool, spécialement de vin rouge, peut réduire les risques de maladies cardiovasculaires).

Ce que votre médecin peut faire pour vous aider à réduire les risques d’avoir une maladie cardiaque
Médicaments pour diminuer les lipides. Si les différents changements dans les habitudes de vie sont insuffisants, plusieurs médicaments existent pour réduire le taux de gras dans le sang. Certains médicaments peuvent interagir avec les médicaments anti-VIH, ils doivent donc être utilisés avec une certaine précaution.

Contrôle de la pression sanguine. La modification de la diète et l’exercice sont les premières mesures à prendre pour contrôler l’hypertension. Si ces mesures sont insuf-fisantes, une médication peut s’avérer nécessaire.

Choix du traitement anti-VIH. Si vous présentez un risque important de développer une maladie cardiaque, votre médecin pourra, s’il le peut, choisir un régime de médicaments anti-VIH qui pourrait avoir le moins d’effets possibles sur le gras dans le sang.

Changement de traitement anti-VIH. Si vous êtes sous traitement anti-VIH et présentez un taux élevé de gras dans le sang ou de sucre que l’on ne peut contrôler par les différentes mesures dé­crites précédemment, il se pourrait que l’on vous suggère de chan­ger pour un traitement ayant moins d’effets sur le gras et le sucre, si cela est possible.
Il est reconnu que les personnes infectées par le VIH présentent un risque plus grand que la population de dé­velopper une maladie cardiovasculaire. Malgré que plusieurs interventions soient possibles par la médecine pour prévenir les complications cardiaques, les mesures les plus efficaces restent ce que vous pouvez faire vous-même, comme : arrêter de fumer, bien manger, éviter un excédents de poids, faire de l’exercice régulièrement.