Camille avec 2 L

Difficile à croire

Julie Beauchamp
Commentaires
Catherine vient tout juste de partir, je suis encore sous le choc de toutes les révélations qu’elle m’a faites. En même temps, je suis tellement heureuse de l’avoir vue, d’avoir pu l’étreindre, l’embras­ser, la voir rire, elle est comme une drogue dont les effets sont divins. J’ai un sourire béat et Éloi s’en rend compte.«Alors, vous vous êtes réconciliées à ce que je vois!» «Oui, en fait, on n’était pas vraiment en chicane, c’était vraiment un malentendu, une histoire aberrante, j’te jure!» Éloi me regarde et reprend : «Une histoire…» Je lui raconte en détail : le faux-courriel, la réaction de Catherine, ma surprise. «C’est pas vrai, y’a une fille qui s’est faite passer pour toi!» «Oui et j’me doute bien c’est qui, y’a seulement toi et l’ex de Catherine qui saviez qu’on avait passé la nuit ensemble, j’vois pas qui d’autre aurait pu faire une chose pareille, faut être franchement fêlée!» Éloi s’étouffe soudainement et devient blanc : «Ben quoi, t’as l’air bizarre! Ça va?» Éloi me fait oui de la tête, je continue en lui expliquant que Catherine s’en allait directement chez son ex pour mettre les choses au clair; celle-là, elle a un problème grave. J’ai juste hâte d’avoir de ses nouvelles. Éloi retrouve ses couleurs : «T’es certaine que c’est elle, ça peut pas être quelqu’un d’autre, genre une autre fille?» «Voyons, Éloi, c’est sûr que non. Il n’existe personne d’autre qui voudrait foutre le bordel entre Catherine et moi!» «Vous allez le savoir assez tôt, j’imagine. Ouais, quelle histoire! C’est vraiment tordu… Écoute, Camille, il faudrait que je te parle de quelque …» Mon cellulaire sonne, ça doit être Catherine, je me précipite, c’est elle. «Allo! Ça va?» «Oui, et toi» «Oui, et puis, as-tu pu joindre ton ex?» «Oui… et puis…pas grand-chose» «Quoi? Pas grand-chose!» «J’pense pas que c’est elle, elle n’en revenait pas, elle pouvait pas croire que quelqu’un avait fait ça, elle me l’a même juré et était insultée que j’aie pu croire que c’était elle.» «Elle te joue la comédie, ça s’peut pas…personne d’autre peut avoir fait ça!» «Camille, honnêtement, je la connais depuis deux ans et… j’peux pas faire autrement que de la croire.» «Catherine, j’veux pas remettre en question ton jugement, mais ton ex, c’est pas un ange, elle me cruisait presque à mon propre party… j’peux pas dire que cette fille-là me veut beaucoup de bien!» «J’sais pas, mais j’suis pas convaincue… et même si c’est elle, au bout du compte, elle voit bien que ça n’a pas marché, c’est tout c’qui importe, non?» «Oui, j’suis super contente qu’on se soit parlé et revues… c’est que, pour moi, ça se réglera pas comme ça, cette histoire! » « Qu’est-ce que tu veux faire de plus Camille? j’vais quand même pas lui faire passer le détecteur de mensonge! » Je sens que Catherine commence à s’énerver au bout du fil, je tente de calmer mes ardeurs et de trouver une autre solution pour connaître la vérité, je lui propose : «Et si je l’appelais…» «Non! Très mauvaise idée!» «Bon, je ne l’appellerai pas… mais j’ai peut-être une autre idée, si on répondait au courriel que tu as reçu. S’il n’y a pas de réponse, c’est fort probable que c’est ton ex, et on saura à quoi s’en tenir!» «Je sais pas, mais on peut toujours essayer!» «J’t’attends!» Catherine arrive une demi-heure plus tard, je pétille de bonheur quand elle entre dans l’appartement, je la serre comme si je ne l’avais pas vue depuis des semaines, pourtant elle était ici il y a à peine deux heures : «T’es toute seule?» «Oui, Éloi est parti, il revient dans une demi-heure, café ou date… je sais plus!» Je l’embrasse et ses baisers me secouent le corps tout entier, ça s’annonce bien pour les vacances des Fêtes! Catherine me ramène à la réalité. «J’suis pas sûre pour le courriel.» «Ho! Catherine, ça va mettre fin à cette saga, j’vais avoir mes réponses.» Nous nous asseyons à l’ordi et Catherine se met à composer un message de réponse : «Camille, j’ai hésité à t’écrire, mais je ne voulais pas laisser les choses comme ça, je ne comprends pas ton revirement soudain, si tu as rencontré quelqu’un d’autre, tu peux me le dire, je comprendrai, écris ou appelle-moi, j’aimerais juste être certaine que c’est ce que tu veux, ne plus avoir de mes nouvelles. À bientôt, Catherine.» Nous restons là observant l’écran, relisant chaque phrase méticuleusement. Catherine hésite à appuyer sur envoyer quand j’entends la porte d’entrée s’ouvrir, c’est Éloi qui arrive. «Salut, on est ici! » Éloi vient s’asseoir « Hello, les lesbiennes! Qu’est-ce que vous faites? » Je lui explique que l’ex dément complètement et qu’on s’apprête à expédier à l’imposteur un courriel bidon, il nous regarde surpris et dit «Heu… ben…c’est peut-être quelqu’un d’autre!» J’interroge Éloi du regard, il continue : «Y’a sûrement une autre personne qui sait que vous avez passé la nuit ensemble!» «Quoi! Attends-là, de qui tu parles?» Mal à l’aise, il répond : «…de celle qui t’envoie des courriels depuis trois mois… sans réponse.» «Non! C’est pas vrai! Tu lui as parlé?» Catherine ne comprenant absolument rien met fin à notre dialogue : «Vous m’expli­quez! De qui vous parlez?» Je la regarde et répond «On parle de mon ex, Marianne! Mon ex-blonde!» «Éloi, tu me dois une explication!»