Camille avec 2 L

Comme au cinéma (suite)

Julie Beauchamp
Commentaires
J’avance lentement dans le Drugstore : il n’y a pas grand monde pour le moment. J’imagine que tout se passe au dernier étage. En effet, j’arrive un peu essoufflée sur la terrasse. Il y a la foule ici : toutes les tables sont prises et plusieurs filles se tiennent debout. Je suis à la fois stressée et excitée, je ne sais pas trop quelle attitude adopter. Éloi, sur un ton de conquérant, me dit : « Bon, allons retrouver ta Catherine!» Je la cherche des yeux et n’ose pas vraiment commencer à faire le tour. «Allez, Camille, avance un peu, ça va aller mieux.» Je n’ai pas fait deux pas que je l’aperçois entourée de 7 ou 8 filles. «Elle est juste là, sur le côté à gauche. Tu la replaces?» «Oui, ce serait assez difficile de ne pas s’en souvenir, elle est encore plus belle les cheveux détachés! Bon, on y va!» J’opte pour une allure décontractée: il ne faut pas que je gaffe en renversant le verre de quelqu’un, en m’enfargeant dans une chaise ou en écrasant les orteils d’une fille. Quand j’arrive à proximité de la table, Catherine se lève la tête et m’entrevoit, je lui sors mon plus beau sourire.?Elle me regarde avec étonnement et se lève. « Camille, toi ici mais? » Je ne sais pas si elle est contente ou déçue. Éloi prend la parole (comme d’habitude) : «Allo, Catherine, tu te rappelles de moi? » Je refais les présentations et reprend ma fausse allure cool «On voulait prendre une bière et je me suis dit que je viendrais te faire une surprise.» «C’est très gentil, ça me fait plaisir de te voir : j’arrête pas de penser à toi depuis qu’on s’est quittées.» Ces mots m’apaisent et m’envahissent d’une telle émotion que je la prends par les hanches et je m’approche pour l’embrasser quand sa main vient arrêter mon élan. «Camille, j’peux pas ici… Excuse-moi, c’est que…mes amies ne sont pas au courant et que... mon ex va peut-être passer. J’veux pas provoquer de situation, tu comprends?» Si je comprends! Ben là, on va faire semblant de ne pas se connaître tant qu’à y être; je ne voudrais surtout pas l’embarrasser devant ses amies! Bien sûr, je me retiens de lui balancer le vrai fond de ma pensée.?Je réponds candidement : «Comme tu veux, Catherine, je trouve ça plate, mais c’est correct. De toute façon, c’est pas comme si on se voyait depuis longtemps! » Elle me sourit en me remerciant d’être aussi compréhensive, que nous partirons ensemble du Drug un peu plus tard, et elle nous invite à se joindre à son groupe. Je lui dis que nous irons la rejoindre sous peu, que j’ai besoin d’une bière et d’un peu d’air. Éloi me regarde : «Ça va? On dirait qu’on vient de t’annoncer qu’Ellen DeGeneres est straight!» «Tu connais Ellen DeGeneres?» «Voyons, Camille, j’ai réussi mon cours Lesbo USA 101!» J’éclate de rire. «Non, c’est pas ça. J’comprends pas pourquoi il faut faire semblant d’être des ‘’amies’‘ pour pas heurter la sensibilité de son ex, de ses amies, et de toutes les lesbiennes du Drug!» «T’exagère pas un peu ma sentimentale! Vous vous connaissez à peine et déjà tu veux faire ton coming out amoureux!» «Tout ça n’a rien avoir avec un déclaration publique: je voulais juste l’embrasser. C’était spontané, je voulais pas la frencher couchée sur la machine à pop corn!» «Camille, mets-toi à sa place : elle ne s’attendait pas à te voir, mais tu lui plais, ça crève les yeux et elle n’arrête pas de nous regarder!» Je choisis de me calmer et de prendre les choses comme elles viennent, donc de m’amuser et de l’attendre. Nous décidons de retrouver Catherine. Elle nous présente à quatre des filles assises à la table. Une des filles, Nancy me dévisage des pieds à la tête et me dit : «Hey, je te reconnais, on s’est déjà vu au cosom y m’semble!» «Ah oui? J’ai joué seulement une fois! Mais c’est possible» «Et Catherine, tu la connais comment?» J’hésite avant de répondre, Catherine s’en mêle «On s’est rencontré dans un party, tu sais les amies d’amies du cosom justement, et au resto... En tout cas, tu sais comment ça se passe». Nancy reprend : «Ouais! Le monde gai est tellement p’tit, on finit par toutes se connaître d’une façon ou d’une autre!» Je me tourne vers Éloi et lui murmure : «J’hais ça faire semblant!»
Une heure passe. Je commence à avoir envie de partir tandis qu’Éloi est en pleine conversation avec une dénommée Lucie et son charmant frère Benoît et que Catherine est constamment sollicitée par ses amies. Je me résigne à rester encore et me lève pour aller me chercher une bière quand j’entrevois arriver… l’ex! Oh! non! Qui se faufile vers la table! Mais qu’est-ce que je fous ici! J’accoste Éloi : «L’ex de Catherine s’en vient et j’ai pas envie d’une scène! J’m’en vais!» «Ben voyons! Arrête de paniquer! Tu lui dois rien!» «Non! Sérieux, j’pars! Y’a rien qui se passe comme j’veux et j’ai l’impression de pas être à ma place! On s’voit plus tard!» Je m’approche de Catherine et lui dis que je quitte.?Au même moment, son ex fait son apparition. Je chuchote à l’oreille de Catherine : «J’voudrais pas créer de situation!» À ma très grande surprise, Catherine me prend la main et me dit : «Attends-moi, j’pars avec toi. Laisse-moi deux minutes.» Elle salue toutes ses amies et nous défilons à toute vitesse les marches du bar. En arrivant dans la rue, je la serre très fort et elle me glisse : «On va chez toi?». Nous nous embrassons longuement, en plein cœur du Village, comme au cinéma!