Camille avec 2 L

Le rendez-vous

Julie Beauchamp
Commentaires
En sortant du métro, je me dirige vers l’Est. Je rencontre Catherine cet après-midi dans un café rue Laurier. Par habitude, je suis en avance. Il est 15h30 et on a rendez-vous à 16h. Je dois ralentir le pas et avoir l’air relaxe, surtout avoir l’air très cool, flâner devant les boutiques, les restos, et ce, même si je sens mon cœur battre dans mes souliers. Ça me rend les jambes molles. Je n’ai pas entendu sa voix depuis le party, il y a bien deux semaines, sa voix soyeuse... Ça y est, je m’emporte lorsque je l’imagine. Son dernier courriel, que j’ai lu au moins 3 fois, bon d’accord, au moins 10, était très suggestif. Somme toute, la dernière phrase était plutôt révélatrice sur ses intentions : « J’ai très hâte de te revoir, de discuter avec toi, de te regarder sourire... À demain, Catherine.» J’essaie de ne pas trop me raconter d’histoires, mais c’est évident que je l’intéresse. Du moins on dirait et en plus je l’espère. Après avoir fait semblant de flâner pendant presque une demi-heure, j’arrive devant le Café, j’entre. Je regarde furtivement à droite et à gauche, elle n’est pas là, je choisis une table où je peux observer les nouveaux arrivants. La serveuse s’approche : « Je peux vous servir quelque chose?» « Non merci pour le moment, j’attends quelqu’un.» « Très bien, vous me faites signe dès que vous êtes prête.» J’acquiesce avec un sourire. Je prends le dernier Voir et lis distraitement tout en observant les va-et-vient du café. Je regarde ma montre : 16h15.?Elle se fait attendre. Je fais signe à la serveuse. « Un café au lait s’il vous plait.» La serveuse m’apporte mon bol en me disant : « Ah! Les retardataires.» Je réponds spontanément «Ça arrive… Je suis peut-être un peu en avance.» Peut-être me suis-je trompée d’heure? 16h30, je sors mon cellulaire au cas où…Rien, pas de message. Était-ce à 16h30? C’est ça, j’avais tellement envie de la voir, j’ai dû me tromper d’heure. Je reprends ma lecture avec la nette impression qu’elle va rappliquer à tout moment. Mais plus les minutes passent, plus mon impression commence à se déformer. 16h50, c’est vraiment bizarre. J’appelle Éloi. « Salut! » « Camille, t’es pas avec ta date? » « Ben non, elle n’est toujours pas là! Est-ce qu’elle a appelé?» « Non! Y’a pas eu de téléphone, j’vais vérifier sur le répondeur au cas où, j’te rappelle » J’attends impatiemment l’appel d’Éloi. « Alors? » « Pas de message…T’es au bon endroit? » « Oui! C’est sûr, écoute, je vais te laisser, je vais rentrer. » Il est 17h10 et je viens de poireauter 1h10 pour une fille qui m’a soit oubliée, soit flushée, et je ne trouve aucun réconfort dans aucune des deux hypothèses! Je quitte en payant à la serveuse qui me salue sans dire un mot comme si elle me comprenait.
J’arrive à la maison exaspérée et en furie. Pourquoi ne m’a-t-elle pas téléphoné? « Voir si ça se fait dans vie de pas se pointer à un premier rendez-vous! » Éloi qui est au téléphone raccroche immédia­tement, il n’ose pas trop parler, mais ne peut se retenir « C’est rare que je te vois de même, ça va? » «J’suis tellement déçue et furieuse, j’comprends pas! On a des moyens de communication, aujourd’hui : le téléphone cellulaire, ça existe! On n’est plus à l’époque des pigeons voyageurs! » Je m’élance dans ma chambre pour vérifier mes courriels. Je me penche sur mon ordi pour relire son dernier message. C’était le bon Café et la bonne heure, je ne m’étais pas trompée...Elle n’était pas venue. Je clique sur les messages de Catherine : Supprimer! Vider la corbeille! C’est pas vrai que je vais encore me faire niaiser par une fille. Je déchire son numéro de téléphone pour être certaine que je n’aurai pas la tentation de la rappeler dans 3 heures. Éloi intervient et dit : « Relaxe, Camille, elle t’a peut-être appelée sur ton cell? » Je me mets à chercher mon cellulaire partout. Éloi compose mon numéro : pas de sonnerie. « J’ai dû l’oublier au Café! J’y retourne, j’ai dû le laisser sur la table.» Je m’énerve des fois! Je refais le même trajet en quatrième vitesse. Essoufflée, je me présente au comptoir du Café. La serveuse me reconnaît et viens me voir immédiatement : « T’as oublié ton téléphone? Je l’avais mis de côté.» C’est à ce moment que j’entrevois dans le fond du café… Catherine, assise. Sur le coup, je suis confuse et contente. Elle est venue me rejoindre! La voix de la serveuse me ramène à la réalité. Je la remercie et me dirige lentement vers Catherine. « Camille! Tu as eu mon message? » Je la dévisage médusée « Quel message?» « Camille, j’ai essayé de te rejoindre, tu n’as pas reçu mon message? Je t’ai appelé sur ton cellulaire!» « Non, j’avais oublié mon téléphone ici, qu’est-ce qui s’est passé? » « Assieds-toi, je vais t’expliquer.» Je me sens soulagée de la voir. Enfin, elle est là devant moi. Nous commençons à discuter, quand Catherine s’exclame : « Oh! Non! C’est ma blonde, mon ex-blonde, j’peux pas croire qu’elle est ici… » Abasourdie je réponds : « Je pensais que c’était fini! » « Camille, je vais régler ça! Laisse-moi 2 minutes!» « Ça fait deux heures que je t’attends! Laisse tomber Catherine! » J’ai à peine le temps de tourner les talons que l’ex ressurgit à notre table comme un vautour réclamant son dû et commence à s’en­gueuler avec Catherine. Aussitôt, je me lève pour partir. Hors d’elle-même, l’ex me balance un verre d’eau qui, de toute évidence, ne m’était pas destiné, et quitte promptement le café. Sous le choc, je suis bouche-bée. Catherine mani­festement très mal à l’aise, me dit : « Camille, je suis désolée pour tout ça…Viens, laisse-moi t’expliquer…Allons ailleurs…» Le temps de retrouver la parole, je réplique « Catherine! C’est trop pour moi! C’est beaucoup trop compliqué!