Camille avec 2 L

Jeux de hasard

Julie Beauchamp
Commentaires
Assise devant mon ordi, je relis ma fiche « bohème sans être excentrique, féminine sans être féline, etc…» N’importe quoi, il faut croire que ça marche les rencontres virtuelles, plus de 20 nouveaux messages en quelques jours. Et je me retrouve encore à m’arrêter à la fiche de Catherine, j’hésite depuis le début de la semaine à lui répondre. Dès que je tape quelques mots, je me sens nerveuse, mal à l’aise, comme si je me cherchais une job. « Camille, tu es encore sur ton courrier du cœur!...il faudrait bien que tu commences à répondre à tes admiratrices si tu veux qu’il se passe quelque chose! » « Je ne vais pas répondre à tout le monde, je vais voir avant, je ne veux pas m’embarquer trop vite...je veux rencontrer, mais pas à tout prix!» Éloi me regarde exaspéré. « T’embarquer! Tu vas pas te marier, tu vas chatter… Et la fille, Catherine, tu ne lui as pas encore répondu? » « Ben non, je ne sais pas trop quoi lui écrire…j’veux pas avoir l’air d’être trop intéressée et, en même temps…je le suis un peu…» « Pourquoi tu me laisses pas faire…je vais lui écrire pour toi !» « Merci Cyrano, mais je vais me débrouiller » « Bon, ma belle, il faut que je parte, est-ce que tu viens me rejoindre ? » Éloi s’en va à son traditionnel 5 à 7 « Non, je pense pas, je vais retrouver Sandra dans un party, ça se passe sur le Plateau, chez une fille qu’elle connaît. » « Ha! Un vrai party de lesbiennes, ça va parler d’chars, de chiens et de chalets! » « T’es con, Éloi! Ça va me faire changement des conversations de cul et de sauna! Hahaha! Bye!»
Je me lance : « Salut Catherine, je suis très surprise d’avoir reçu un message de toi, que tu m’aies reconnue aussi vite sur le Réseau, je sais que ma réponse fut longue à venir… » C’est nul, je reprende tout : « Salut Catherine, je suis agréablement surprise d’avoir reçu un message de toi, je ne savais pas du tout que tu étais sur ce site; en fait, que tu étais célibataire. J’avais cru lors de notre rencontre, il y a quelques semaines, que tu étais avec quelqu’un, et je ne cruise pas les filles en couple, c’est trop compliqué. Mais maintenant que tu es libre, si tu as du temps, on pourrait peut-être se rencontrer pour un café ou une bière. J’aimerais beaucoup te revoir. À bientôt, j’espère. Camille » Ouf, ça y est, je n’ai plus qu’à l’envoyer. Au pire, elle ne réécrira pas, au mieux, on se voit, c’est presque simple. J’ai une boule dans la gorge. Envoyer!
Je me change pour filer au party de Sandra. Je me sens toujours angoissée d’arriver toute seule, surtout un party où l’on connaît vaguement les gens. J’arrive en même temps que trois autres filles. Sandra vient immédiatement me voir : « Salut Camille, ça va? On fait le tour? Tu connais sûrement tout le monde, c’est la gang du cosom!» « Oui, je reconnais quelques filles; est-ce que Marie-Josée est là? »
« Pas encore, elle s’en vient. » Sandra commence sa tournée de présentations par sa dulcinée (plus sportive que ça tu meurs). Ensuite, je me fais présenter à une vingtaine de filles, je me souviens de quelques-unes, que j’avais aperçues au cosom et dans les bars. La goaleur m’interpelle : « Alors, Camille, le cosom, c’était pas ton sport, embarques-tu avec nous pour la balle-molle? » « Non, ça va aller. Cet été, je vais me remettre au tennis et au jardinage, mais j’irai vous voir jouer. » La conversation s’anime autour de la future saison qui arrive. La joueuse de centre prend le contrôle du système de son, la musique devient plus entraînante et un plancher de danse s’improvise instantanément. Quelqu’un me prend par en arrière en me voilant les yeux « Salut! Devine c’est qui? » Je fige, ne sachant pas quoi répondre. Je tourne la tête « Ha! Marie-Josée! » Je suis contente de la voir, je lui offre une bière, elle me raconte que c’est fini avec sa blonde, que ça ne marchait plus. Elles n’auront pas traversé le cap du 1 an et elle finit sur « c’est mieux de même, on avait presque rien en commun». La soirée est à son apogée, tout le monde semble être un peu réchauffé, je discute sans arrêt avec Marie-Josée qui me raconte pleins de potins sur le monde des lesbiennes. Elle est tordante avec toutes ses histoires. Je lui dis: « Ton nouveau célibat te va bien, t’as d’l’air super en forme! » « C’est que je suis en bonne compagnie, c’est cool parler avec toi! » « Moi aussi, je te trouve sympathique! On n’avait jamais pris vraiment le temps de se parler. » Sandra passe à mes côtés et me murmure à l’oreille : « Ouais, ça se passe bien ta soirée! » Marie-Josée nous prend toutes les deux par les épaules, Sandra se dégage en disant « Je crois que je suis de trop! » Je reste comme ça dans les bras de Marie-Josée à danser. Quand j’entrevois à quelques mètres de moi, Catherine. Merde! Mais qu’est-ce qu’elle fait ici? Mon message! L’a-t-elle reçu? Je me dégage subtilement de l’étreinte de Marie-Josée… Elle m’a vu. Je passe pour qui, maintenant? Elle s’approche « Camille? ». Je sens une panique s’emparer de tout mon être en répondant : « Salut! Quelle surprise!» « Je ne m’attendais pas à te rencontrer ici! Quel hasard! » « Oui, c’est une drôle de coïncidence! » Elle continue en regardant Marie-Josée « C’est une belle soirée?» Je ne sais plus quoi faire ni quoi dire, elle me regarde droit dans les yeux et me dit : « J’ai reçu ton message avant de venir… » À ce moment-là, je veux me fondre dans le plancher! Dîsparaître! Me désintégrer! Je balbutie : « Ce n’est pas ce que tu penses…je ne suis avec personne…écoute Catherine je…» Elle m’arrête et me dit sur un ton assuré :« Ça va, je comprends, tu ne me dois rien, on est libre d’être avec qui on veut, mais pour la leçon de morale, tu repasseras! » Je baisse les yeux en me mordant les lèvres, j’encaisse le coup stoïquement, et je dis fébrilement : « Alors ce café? » Elle me répond avec son sourire lumineux: « Oui, ça me tente…il faut juste que j’en parle à ma blonde! » Étonnée, je la regarde en ne sachant pas si c’est vrai ou non.