Reykjavik ou l’Islande chaleureuse

Dominic Ménard-Bilodeau
Commentaires
L’Islande : ce seul nom nous renvoie à l’image d’une contrée mythique et profondément attachante. Et, une fois sur place, ces idées préconçues ne font que se matérialiser. Dès l’arrivée, on sait que le séjour sera riche en émotions! Dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres autour de l’aéroport, on découvre un paysage lunaire triste, grisâtre, craquelé, fissuré, et ce, à perte de vue. De plus, le mercure ne dépasse que rarement les 15 degrés centigrades en période estivale.
Mais détrompez-vous! Il y a beaucoup plus de richesses naturelles à découvrir que ces immenses plaines poussiéreuses. L’éventail des paysages est on ne peut plus varié : cratères, fjords, cascades et chutes d’eau, glaciers, sources géothermales, failles et crevasses, épanchements de lave, etc.
Puis, Reykjavik. Comptant plus de 180 000 habitants, pour un pays qui n’en compte que 290000, cette petite capitale est animée d’une exubérance et d’un dynamisme renversants. Il faut se promener au cœur de la ville les vendredis et samedis soir pour témoigner - avec stupéfaction – de la grande capacité des Islandais à faire la fête.
Il ne faut pas non plus manquer le Vieux-Reykjavik, avec ses maisons de bois et de tôle d’aluminium aux couleurs vives, visant à égayer le temps gris qui règne en quasi-permanence, ou encore les magnifique points de vue sur la ville, découpée par de nombreuses baies et flanquée de montagnes et hautes collines au nord.
Malgré la faible population, la communauté gaie de Reykjavik jouit de la formidable ouverture d’esprit scandinave. L’organisme Samtokin ’78, fondé en cette même année afin de revendiquer des droits accrus pour les gais et lesbiennes d’Islande, constitue le cœur de la communauté dans la capitale (donc au pays). C’est grâce à ses valeureux efforts que les associations domestiques enregistrées entre conjoints de même sexe (registered partnerships) ont été légalisées tout récemment, en juin, et ce, par un gouvernement à tendance conservatrice! Samtokin ’78, situé au 4e étage d’un édifice à la croisée de deux rues prestigieuses du cœur de Reykjavik, Laugavegur et Skolavördustigur, opère un café sympathique à même ses locaux les mardis, jeudis et samedis, dès 20h. Voilà ici une belle occasion de rencontrer les locaux.
Cette année, la sixième édition de la Fierté s’est déroulée du 10 au 13 août, culminant avec l’habituelle parade qui attire, bon an mal an, plus de 50 000 curieux (sur une population locale de 180 000!) On dit de la Fierté de Reykjavik qu’elle est la plus familiale et la plus diversifiée au monde, compte tenu du nombre élevé d’hétérosexuels venant encourager la communauté gaie. Dans un contexte si ouvert, le concept du gay-bashing est quasi-inexistant en Islande (89% de la population y soutient le mariage entre conjoints de même sexe!)
Mis à part le café Samtokin ’78, on retrouve le Cozy Cafe, très populaire et très branché, juste en face de Ingolfstorg Square. Il y est également possible de discuter avec des gens sur l’heure du midi, mais surtout en soirée. Sinon, on retrouve le club privé MSC, un peu plus dur et explicite.
Les soirées au centre de Reykjavik étant devenues légendaires, et ce, malgré le coût scandaleux des consommations, vous saurez néanmoins avoir du bon temps un peu n’importe où. La communauté gaie et lesbienne elle-même est assez dispersée lors des soirées animées, ne ressentant point le besoin de se cacher ou de se ghettoïser.
L’Islande étant un pays d’eau, de glace et de feu, il est possible de s’aventurer sur les pentes d’un volcan ou encore d’arpenter un glacier, certes, mais aussi de relaxer dans de magnifiques et thérapeutiques étendues d’eau géothermale. Toutes les villes, Reykjavik en tête, sont dotées de grandes piscines publiques remplies de cette eau chaude à forte teneur en sels minéraux. Dans certains cas, on peut même nager dans une eau laiteuse provenant de 2000 mètres sous nos pieds. Il va sans dire, qui dit piscine géothermale dit sauna, et qui dit sauna dit potentiel de rencontres gaies. C’est d’ailleurs le cas au site Sundlaug Vesturbaejar, dans l’ouest de Reykjavik.
L’expérience suprême consiste cependant à passer quelques heures au «Blue Lagoon», ce spectaculaire spa aménagé au beau milieu d’une récente coulée de lave aux dimensions apocalyptiques. Dans cet éden laiteux et turquoise, on va volontiers vous enduire d’une bénéfique boue volcanique blanchâtre ou encore vous masser à l’aide de puissants jets d’eau chaude. Un arrêt au Lagon est primordial lors d’un séjour en Islande!
Seulement, attention : l’Islande est une destination dispendieuse! Préparez-vous à vous départir de plusieurs couronnes – la monnaie nationale – afin de profiter pleinement des nombreux cafés, restaurants et boutiques réputés en ville. La majorité d’entre eux arborent ce fameux autocollant arc-en-ciel en vitrine, mais l’esprit général d’ouverture et de tolérance flottant un peu partout seraient somme toute assez pour rassurer tout visiteur gai.

Ce que j’ai aimé :
- le soleil de minuit (quoique celui-ci rend le sommeil passablement difficile);
- le beauté des gens;
- le skyr, délicieuse concoction islandaise s’apparentant au yogourt.

Ce que j’ai moins aimé :
- les changements de températures rapides et fréquents;
- les touristes et leurs téléphones cellulaires dans des endroits reculés;
- l’architecture d’inspiration soviétique dans les banlieues de Reykjavik.

Informations www.gayice.is
Guide GetawaGay Iceland