Barcelone et l’Espagne

Éric Bergeron
Commentaires

Avant d’atterrir à Barcelone, je m’étais préparé pour un voyage en Espagne. Il ne m’aura pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que la province catalane, dont la capitale est Barcelone, est à l’Espagne ce que le Québec est au Canada. Sans vouloir faire une comparaison socio-politique approfondie, cette province a deux langues officielles, le catalan et l’espagnol, ses habitants se définissent comme Catalans avant d’être Espagnols et ils aspirent à un référendum pour obtenir l’indépendance face à Madrid, droit qui leur est refusé. Mais peu importe le nom qu’on leur donne, le simple plaisir de se trouver sur ce territoire et de connaître sa population vaut les tracasseries primaires d’une arrivée en pays étranger.

Ainsi, à Barcelone, pour survivre et apprécier, il faut faire comme les Barcelonais. On doit apprendre à sortir tard, à fréquenter des lieux enfumés, à déguster un café croissant au petit déjeuner, à dîner vers 15 heures pour pouvoir souper à partir de 22 heures et sortir par la suite. De plus, le langage gestuel et la patience sont des atouts importants, car l’anglais ou le français vous permettent rarement de commander votre repas. Si vous aimez les tapas, vous gagnez 10 points, car on voit des bars à tapas partout!

Ce ne sont pas les endroits pour sortir qui manquent non plus. Bien qu’il n’y ait pas de « village gai », plusieurs bars, commerces et restaurants se regroupent dans le même secteur. Pour les autres, du transport en commun très bien organisé et efficace permet de les atteindre facilement.

La vie nocturne est donc très animée, surtout du jeudi au dimanche soir. Des bars de tous styles existent et ceux-ci ferment vers trois heures du matin. Par la suite, les boîtes pour danser prennent la relève. Je n’ai probablement pas été très chanceux de ce côté, car mes aventures nocturnes ont été décevantes bien qu’enrichissantes au niveau de l’expérience.

À la fermeture des bars, il y avait deux boîtes qui offraient des partys gais ce samedi-là. Je me suis donc rendu à la plus proche, celle qui, selon les informations obtenues, promettait le plus. Cette discothèque appelée Salvation compte deux salles distinctes où jouent des musiques différentes. Par malchance, la musique était nulle aux deux endroits, mais là où l’expérience en valait la peine, c’était pour l’allure des planchers inclinés qui rappelaient les meilleurs épisodes de Batman et Robin à la télé! Tout le monde danse dans le même sens, compte tenu de l’inclinaison des planchers. On sert de l’alcool toute la nuit à même les bouteilles ou dans des verres en verre qui se retrouvent souvent sur le plancher. Il y a un super t-dance le dimanche qui commence vers 21 heures et qui attire beaucoup de beaux gars.

Mais la métropole catalane offre beaucoup plus à ses visiteurs. Longtemps privée de ressources et emmurée jusqu’à la fin du 19e siècle, la croissance qui s’en est suivie a été exponentielle. Son port commercial sur la Méditerranée a contribué à sa prospérité économique, l’Exposition universelle de 1929 l’a mise sur la carte et les investissements ont continué d’affluer pour permettre le développement de cette ville.

Berceau du génie du célèbre architecte Gaudi, on peut voir et admirer ses œuvres à ciel ouvert simplement en marchant dans les rues. L’œuvre qui retient le plus l’attention et qui est devenue un symbole important de Barcelone est le temple nommé Sagrada Familia, qui signifie la Sainte-Famille, toujours en construction. Entièrement financés par des dons privés, les travaux dont nul ne peut prévoir la fin, demeurent sous l’inspiration de Gaudi, malgré la succession d’architectes qui ont repris le flambeau. Si Barcelone n’a pas été construite en hauteur, on y retrouve quand même quelques immeubles modernes qui pourraient en faire fantasmer quelques-uns, comme la tour Agbor.

Barcelone est aussi populaire pour l’une de ses rues les plus animées que l’on appelle La Rambla. Cette grande allée piétonne regorge d’activités du matin à très tard dans la nuit, des activités offertes par des amuseurs publics, des statues humaines, des revendeurs, des artistes, des kiosques de toutes sortes et, évidemment, la foule. Vous pouvez la parcourir plusieurs fois de son origine, à la Plaça Catalunya, jusqu’à son extrémité qui donne sur le port. Ce port est aussi une escale pour à peu près toutes les croisières sur la Méditerranée et l’aménagement récent réalisé sur sa promenade au bord de l’eau en fait un endroit agréable, romantique et moderne.

Les principaux lieux des compétitions olympiques, dont le stade et les piscines, ont été construits sur le mont Montjuïc, semblable à notre Mont-Royal, où avait eu lieu l’Expo universelle. Cette montagne a donc été aménagée au complet. On y retrouve un jardin botanique, l’ancien palais royal, les installations olympiques, les vestiges de l’Expo, des parcs, des écoles et un palais des congrès. On peut y marcher pendant de longues heures, car la vue en vaut la peine.
Les amateurs de soleil et de plage trouvent également l’objet de leur bonheur près du nouveau port à quelques minutes de la ville à la plage appelée Barceloneta. Pour en avoir encore un peu plus, un court trajet d’environ 30 minutes en train vous amène à Sitges, destination soleil reconnue de tous et de prédilection pour les gais de partout à travers le monde. Ce petit village de bord de mer attire également les Barcelonais durant le week-end. Beaucoup moins pittoresque que les stations balnéaires du sud de la France ou de la Grèce, Sitges offre néanmoins un lieu de détente agréable, des endroits pour sortir et une ambiance festive. Cependant, les plages y sont étroites et bondées durant le week-end.

J’ai rencontré dans des locaux fournis par l’État catalan quelques représentants de l’association des gais et lesbiennes de la Catalogne. Très sympathiques et accueillants, ils m’ont expliqué qu’il y avait encore beaucoup à faire contre l’homophobie dans ce pays qui reconnaît pourtant le droit au mariage aux couples de même sexe. La délégation catalane aux Outgames comptera une douzaine de sportifs, selon le président de l’association sportive, Joan Miro, qui travaille déjà à l’organisation des Eurogames de 2008, qui auront lieu à Barcelone. Les non-Européens peuvent participer à ces jeux selon la disponibilité des places à la fin de la période d’inscription officielle. Gardez donc la forme après les Outgames et mettez à votre agenda ce rendez-vous sportif qui vous permettra de découvrir une ville dynamique dans une ambiance sportive.