La vie gaie en Mauricie

Claude Bergeron
Commentaires
Trois-Rivières et en Mauricie, il faut bien le dire, il n’existe pas de groupes spécifiques de revendication des droits des gais et lesbiennes. Seuls des services sont en place pour aider les homosexuels qui veulent obtenir de l’aide. Ce n’est certes pas parce qu’en région, il n’existe pas un peu d’homophobie, pour ne pas dire plus. Mais c’est ainsi. Trois-Rivières a toujours eu un bar gai, et ce, depuis longtemps. Mais depuis l’incendie qui a détruit le bar La Station, aucun endroit public du genre n’avait pris la relève. Depuis déjà quelques mois, un nouveau groupe a été fondé en Mauricie : Atmosphère Gaie. Louis Laganière et France Lavigne sont les deux instigateurs de ce regroupement de gais, lesbiennes et bisexuels. L’objectif est de réunir tous ceux et celles qui veulent partager sur leur différence sexuelle et sur la façon de vivre cette différence en région. Avec Atmosphère Gaie, explique Louis Laganière, le pub Le Globe de Shawinigan offre une soirée, le premier samedi de chaque mois, spécialement pour les gais et lesbiennes. Et depuis avril, le pub Notre-Dame du boulevard Saint-Maurice à Trois-Rivières offre aussi une soirée mensuelle, soit le troisième samedi du mois. Donc, au moins deux fois par mois, hommes et femmes gais peuvent se rencontrer dans un bar au cours d’une soirée. À Shawinigan, la formule offre la possibilité de prendre le repas, genre 5 à 7. Il s’agit de soirées de danse, disco, et parfois aussi de spectacles. « France et moi sommes bien contents de voir combien la communauté homosexuelle a répondu à notre invitation. Chaque soirée, à ce jour, a été un succès », souligne M. Laganière. Atmosphère Gaie veut aussi regrouper gais et lesbiennes et offrir des soirées d’information. Non seulement veut-on offrir des divertissements mais aussi des occasions de partager un peu sur le vécu dans la région.
En région, les lesbiennes ont su se donner des moyens de rencontre qui n’existent pas chez les hommes. Ainsi, les centres de femmes, tant de Trois-Rivières que de Shawinigan, offrent des services de rencontre et de discussion sur le vécu homosexuel des femmes dans notre société. C’est dans ces centres qu’est née l’idée d’offrir des soirées dans des bars. Depuis quelques années, Prisme Trois-Rivières réunit des gais une fois par mois. Les rencontres se font sur invitation. Dans ce cas-ci, il s’agit davantage d’une rencontre sociale et amicale que d’un lieu de discussion sur le vécu homosexuel.

D’autres services
Par ailleurs, en région, Gai Ami existe toujours. C’est cet organisme à caractère privé qui est responsable de la ligne Gai Écoute en région.
Aussi, les centres des Femmes de la Mauricie et de Shawinigan offrent des ateliers d’échange et un service d’intervenante sur plusieurs aspects de la vie des femmes homosexuelles ou bisexuelles.
Le CLSC des Forges a un groupe de soutien aux parents des jeunes GLB. C’est M. Guy Milette qui est responsable de ce service. Au cégep de Trois-Rivières, c’est une sexologue, Isabelle Borduas, qui offre un service de soutien aux jeunes GLB. Au cégep de Shawinigan, c’est une une éducatrice psychosociale, Christine Gagné, qui est responsable de ce service.
Pour la prévention contre le VIH/sida et autres ITSS, Sidaction, partenaire de www.gaisetlesbiennes.com/ répond aux personnes qui veulent obtenir des services. Il faut ajouter aussi que la Maison René à Trois-Rivières héberge des personnes atteintes de ces maladies.
Ajoutons que Tel-Écoute en Mauricie est toujours au service de ceux et celles qui veulent se confier en toute discrétion : (819) 376 4242 ou 537-5225 et 228-9633.