Michel Laroche

Pour la vis

Francis Lagacé
Commentaires
Il y avait tellement de jeux de mots à faire avec mon titre que j’ai préféré les laisser à votre imagination et n’en proposer aucun moi-même. Vous savez tous les problèmes que causent les bouchons aujourd’hui : difficulté d’en trouver de qualité suffisante, multiplication des cas de vins bouchonnés au goût de moisi et fiabilité incertaine des bouchons de polymère, dont l’élasticité n’est pas régulière. La solution : le bouchon à vis de la maison Stelvin (développé au Québec par Péchiney-Alcan et maintenant fabriqué un peu partout dans le monde). Cette solution, je l’ai déjà indiqué, a été adoptée par la maison Laroche, dont une délégation était récemment présente au Québec. Laroche à l’attaque
Je suis arrivé en retard à la dégustation du 17 mars organisée par M. Michel Laroche lui-même et ses représentants. Vous ne me reprocherez pas d’avoir fait passer mes étudiants avant mon rendez-vous. Toujours est-il qu’arrivé sur place, j’ai dû déguster à la vitesse les vins qui avaient déjà été présentés à mes collègues chroniqueurs en vin. L’objectif de la dégustation était de comparer l’évolution des mêmes vins en bouteilles bouchées par du liège et bouchées par la capsule à vis. Dans le cas du Chablis Saint-Martin 2002, le fruit et l’acidité m’ont paru nettement meilleurs dans la bouteille à vis. (No 114223, 24,95 $) B. Pour les Vaudeveys 2002, non disponibles au Québec, c’est la bouteille avec bouchon de liège qui m’a paru meilleure. La bouteille avec vis manquait, me semble-t-il, un peu d’éclat. Toutefois, la différence était mince. Avec Les Vaillons Vieilles Vignes 2002, Chablis a.o.c., toujours pas disponible au Québec, c’est encore la capsule à vis qui triomphe. Le vin est nettement plus croustillant et la couleur plus éclatante. Et si on va aux Fourchaumes Vieilles Vignes 2002, Chablis premier cru, c’est bien simple, la bouteille avec liège était bouchonnée. On peut donc dire que, dans trois cas sur quatre, la capsule à vis a fait meilleur ouvrage.
Voici maintenant mes commentaires sur des vins que j’ai eu l’occasion de déguster en toute quiétude. Le premier est déjà en vente sur nos tablettes : le Sauvignon blanc 2002 de Laroche, vin de pays d’Oc. Belle robe jaune pâle. Un nez charmant de pamplemousse frais. La bouche enchaîne avec un bon fruité et une belle acidité mâtinée d’un peu de minéralité. Très bon rapport qualité-prix avec un taux d’alcool reposant (12 %). (No 3546680016520; 13,45 $) B.
Le second fait partie des intentions d’achat de la SAQ. Faites pression pour que ces intentions se transforment en gestes. Le Mas la Chevalière Blanc 2004, vin de pays d’Oc, est d’un beau jaune à reflets verdâtres. Son nez est minéral et rappelle discrètement les arachides. Sur la langue, il est rond à souhait, fruité et minéral. Il devrait se vendre autour de 20$. (No 10507091) B+.
Voilà qui devrait nous inciter à encourager les précurseurs qui généralisent l’emploi de cette capsule. Gardons le bon liège pour les très grands vins!

Autre type de capsule
Du bouchon vissable, nous passons à la capsule de bière. J’ai testé pour vous deux petites nouvelles. La Brahma a fait une entrée remarquée sur le marché québécois. Bouteille super-ergonomique qui se tient bien à la main (je sais à quoi vous pensez!), capsule non vissable, étiquette rouge enroulée autour du col, cette bière est dorée avec une petite mousse blanche à bulles moyennes. Le nez offre un léger houblon avec une touche évanescente de miel. La bouche présente une belle amertume qui désaltère, mais l’arrière-goût n’est pas trop persistant. Peu ample, elle offre un bon rafraîchissement, prise bien fraîche. Elle devrait plaire au public québécois. Elle est brassée au Brésil depuis 1988 et titre 4,5 % d’alcool. Elle se vend en carton de six ou de 12 bouteilles de 355 ml dans les épiceries et dépanneurs. (No678963100411; 10,29 $ pour six; 18,99 $ pour 12) B-.
La bière Logique (quel nom!) est une boisson bio fabriquée sur le Plateau Mont-Royal par la brasserie Le Chaudron, également vendue dans les épiceries et dépanneurs. Belle blonde d’ambre clair, elle a un nez qui rappelle les noix et les petits pois. L’étonnement passé, on goûte une bière désaltérante à l’attaque de petits pois, mais, au final, d’une jolie amertume assez persistante. Elle se vend en carton de six bouteilles de 341 ml pour 10,99 $. B-
Bière ou vin, rafraîchissez-vous joyeusement et modérément!

Commentaires, questions, suggestions : écrivez à [email protected] ou au magazine.