Ne pleure pas Argentine...

Francis Lagacé
Commentaires
Un récent séjour au Venezuela m’a permis de comprendre pourquoi nous n’importions pas de vin de ce très beau pays. D’ailleurs, dans les restaurants de Caracas, vous ne trouverez que des vins chiliens ou argentins. L’un des plus connus est La Huerta, un chilien générique qui existe en blanc comme en rouge et qui est tout à fait correct. J’ai tout de même fait le tour des magasins d’alimentation à la recherche de produits de la vigne locale. Il y avait un mousseux au nom subtil de Veuve Greco, au prix dérisoire et à l’allure des Asti Spumante de dépanneur, que je n’ai pas osé acheter. J’ai essayé le Castel Gandolfo, vin rouge sec de la maison vénézuelienne Viñedos, dont voici la description : de teinte rubis clair, il sent le caramel à la cannelle. Le goût en est très vanillé, on y trouve une légère touche de gingembre et la présence évidente du sucre résiduel. Bien qu’il soit peu cher (6550 bolivars, environ 3,60$), je lui ai accordé tout juste la note de passage D-. Je lui ai préféré la bière Polar, fort légère, mais avec un petit arrière-goût. Elle a fort bien accompagné les nachos et la salsa.

Les voisins
Les Vénézueliens comptent donc surtout sur leurs voisins pour les fournir en vins et, parmi ceux-ci, il y a l’Argentine. En continuation, je vous propose donc une série vins argentins disponibles au Québec.
La maison Trapiche est réputée pour ses produits de bon rapport qualité-prix. C’est elle qui nous offre les fameux Astica Merlot et Chardonnay, qui sont de très bons petits vins de semaine. Elle a fait récemment la promotion de deux nouveaux produits. Je vous parle ici du rouge et vous présente le blanc comme chouchou du mois étant donné son excellent rapport qualité-prix.
L’Astica Superior Shiraz 2005 vient de la région argentine de San Juan. Sous des habits rubis foncé à reflets pourpres, il émet des effluves de cuir, de vanille, de minéralité et de léger caramel. En bouche, il est assez rond, souple, légèrement poivré avec des touches de chocolat et de caramel. (No 10394585; No 7790240091137; 9,95 $) C+
Le Crio de Susana Balbo 2003 est fait de 50 % syrah et de 50 % Bonarda, un cépage local de la vallée de la Mendoza. À l’œil grenat, au nez de mélasse et de sucre d’érable sec, il est sur la langue rond, souple, réglissé avec des touches de mélasse. Bon avec du gibier. (No 10000001; No 7798068480362; 16,15 $) B-
Le Torrontes Privado 2005 Cafayate de la maison Etchart reflète le jaune clair prune, fleure l’arachide et le fruit exotique avec une minéralité de litchi, et goûte le litchi avec une belle sensation de gras et de minéralité. (No 7790093012105; 13,20 $) B
Le Cabernet Sauvignon Privado 2004 Cafayate, toujours de chez Etchart, est d’un beau pourpre foncé. Le nez mêle les fruits noirs, la vanille et une légère réglisse. La bouche se fait pleine, ronde et d’une belle structure avec des notes qui rappellent la syrah. Pour les amateurs de viandes rouges et de vins cordiaux. (No 7790093012204; 14 $) B+

Apéro ou digesto
Si le Venezuela ne brille pas par la renommée de ses vins, en revanche il est reconnu pour ses rhums. Selon nos goûts, on peut placer le rhum au début ou à la fin du repas, mais l’usage le plus fréquent est bien sûr de le prendre en apéritif. On peut y ajouter ce qu’on veut, mais on peut aussi le savourer pur (auquel cas, il ne faut pas ajouter de glaçons, mais le déguster lentement, très lentement). En voici un de gamme moyenne qui ne coûte que 15 000 bolivars (environ 8,25 $). Le Diplomático Reserva est un assemblage de rhums vieillis d’une belle couleur ambrée. Son nez est suave et légèrement poivré. En bouche, il est très sec, relativement doux et rappelle certains bons cognacs. B+ Voilà de quoi supporter la fin de l’hiver. Bon courage!

Vin chouchou
L’Astica Sauvignon blanc 2005 de la maison Trapiche vient de la région argentine de Cuyo. De couleur très pâle, il a un nez charmant où se marient arachides et agrumes. La bouche suit, pleine de fruits avec des notes qui rappellent la framboise. Légèrement poivré, il offre une minéralité satisfaisante. Étant donné son prix, c’est une vraie aubaine. (No 10394533; 8,45 $) B-


Commentaires, questions, suggestions : écrivez à [email protected] ou au magazine.