Notre collaborateur de QUébec nous quitte

Au revoir

Commentaires
Toute bonne chose a une fin, paraît-il. Il semble bien que cette maxime se réalise maintenant puisque, après plus de onze ans de correspondance pour Fugues à Québec, il est temps de tirer ma révérence et d’adresser aux lectrices et lecteurs de la région de Québec ce message d’un au revoir bien senti. En effet, pour des raisons purement personnelles, je me dois de cesser cette collaboration, laissant la place à un autre correspondant qui aura pour mission, lui aussi, de rendre compte des événements qui émaillent la vie communautaire des gais et lesbiennes de notre belle région.

Au cours de ces années, j’ai essayé, au meilleur de mes connaissances et de mes disponibilités, de couvrir l’actualité de la capitale, de faire connaître des initiatives originales et des gens qui marquent notre milieu, tout en me permettant, à l’occasion, d’apporter un point de vue personnel sur certains dossiers et événements qui faisaient les manchettes ou qui méritaient une attention particulière. Ce fut une tâche fort agréable et stimulante puisque cela m’a permis, au fil des ans, de rencontrer des personnes attachantes, impliquées pour le mieux-être de notre collectivité bien particulière et soucieuses de la faire progresser.

Je remercie donc celles et ceux qui ont collaboré avec une constante assiduité à mes recherches et travaux de collecte d’informations, qu’il s’agisse des promoteurs d’événements, de représentants d’organismes et d’associations communautaires (plus d’une quarantaine dans notre communauté) et de ceux des autres régions de l’Est du Québec, des propriétaires d’entreprises commerciales ou des lecteurs pour lesquels certaines initiatives justifiaient qu’on s’y intéresse et qu’on en fasse part dans Fugues.

Je m’en voudrais d’oublier les personnes qui ont manifesté leur intérêt pour un certain nombre de mes articles au cours de ces années et qui m’ont fait part de leurs commentaires, de leur appréciation ou de leurs suggestions. La rétroaction, quand elle est constructive, est un baume pour les efforts qu’on apporte à renseigner le mieux possible le lectorat.

Enfin, un merci tout spécial aux membres de la direction de Fugues (dont le directeur Réal Lefevbre et le rédacteur en chef Yves Lafontaine) pour leur patience et leur compréhension tout au long de ces années où ils ont dû parfois supporter mes sautes d’humeur, ainsi qu’à André Desgagnés, le photographe attitré de la section Québec qui, avec professionnalisme, a talentueusement «imagé» la vie de la communauté gaie et lesbienne régionale pendant près de trois ans.

À nouveau, merci pour ces belles années et bonne chance à mon successeur, Frédéric Bussière.