Athènes et Navigaytion (Anvers)

Athènes, la blanche!

Éric Bergeron
Commentaires
d’Athènes, des kilomètres de plage s’étendent sous le soleil. Bien entendu, les gais ont un coin de paradis qui leur est implicitement réservé. Ils ont choisi de troquer le sable des plages pour le flanc de la montagne de rochers, un peu plus à l’abri des regards indiscrets. On se demande pourquoi d’ailleurs…! Avant de poser les pieds sur cette terre bénie des Dieux, je savais que pendant les prochaines semaines, j’allais vibrer au diapason de plusieurs siècles d’histoire. Je savais également que rien de mauvais ne saurait m’arriver car avant d’entreprendre quoi que ce soit, je m’étais jeté dans la mer Égée pour recevoir la bénédiction des Dieux.
En arrivant près d’Athènes, mon cœur s’est rempli d’émotions en voyant l’Acropole bien juchée sur sa colline et surplombant la ville. J’avais le privilège de voir devant moi des ruines datant du 4e siècle avant Jésus Christ. Je ne peux vraiment expliquer l’énergie qui se dégage de cet endroit mais personne ne peut rester indifférent devant autant de beauté vouée au culte des Dieux et d’ingéniosité humaine qui fait qu’après autant d’années, on retrouve encore des traces de cette époque. Véritable site archéologique, on y travaille toujours à reconstituer le Parthénon et les différents temples qui l’entourent.
Athènes est bâtie sur des ruines et il y a des sites protégés partout. Le moderne côtoie les vestiges passés et chaque pelletée de terre se voit méticuleusement scrutée. On comprend qu’il ait fallu autant de temps à construire le métro et les différents sites lors des Jeux olympiques de l’été 2004. Ces jeux ont d’ailleurs considérablement changé l’image d’Athènes par l’apport d’infrastructures modernes et par l’amélioration de son réseau de transport.
Signe des Dieux ou du hasard, j’ai assisté le lendemain de mon arrivée à la relève de la garde devant le parlement sans l’avoir prévu. Vêtus de leurs habits traditionnels, j’avais devant moi une armée de beaux garçons levant la jambe en cadence pour passer le flambeau à leurs confrères.
Mon séjour en Grèce m’a permis de comprendre ce qu’avoir chaud veut dire. Avant, je pensais le savoir. Avec des températures de plus de 40oC le jour et 30oC la nuit, le mot chaleur prend son vrai sens et pourrait s’épeler t-r-a-n-s-p-i-r-a-t-i-o-n. Durant la journée, on ne s’aventure dans la ville qu’en cas de nécessité majeure. La ville vibre donc tôt le matin et dès la fin de l’après-midi. «La Plaka», ancien village des serviteurs des temples, est situé au pied de l’Acropole et les touristes l’envahissent chaque jour en marchant dans ses rues étroites à la recherche d’un souvenir ou d’un plat traditionnel grec.
Athènes est donc blanche. Blanche pour la couleur de ses maisons, de ses roches, de sa lumière, de sa chaleur et malheureusement de sa pollution. Heureusement par contre, la Grèce compte de nombreuses îles et plages pour rafraîchir les habitaux locaux et faire le bonheur des vacanciers. À quelques minutes du centre
Fréquenter cette plage peut devenir une drogue dangereuse. Certainement pas pour la beauté des hommes qui la peuplent ou la nudité de ses habitants, mais pour la splendeur du paysage général et la mer, bien sûr, toujours chaude, accueillante et à moins de quelques mètres.
Les Grecs possèdent à mes yeux un des plus beaux paysages de la Méditerranée mais toute cette splendeur naturelle est menacée par la négligence des hommes. Il est désolant de voir autant de déchets sur les flancs de montagne. Je ne croyais pas que pareille chose pouvait exister de nos jours. On ne compte pas non plus les mégots de cigarettes.

Statistiques personnelles
J’estime que 90% des taxis à Athènes ont une carrosserie abîmée d’une manière ou d’une autre. Conduire par ici est donc risqué et avec la densité de la circulation, je vous recommande fortement le transport en commun. Pour ma part, j’ai opté pour la moto avec les dangers que ça comporte.
J’évalue qu’au moins 80% des Grecs fument la cigarette et je n’exagère pas. Ça fume partout! Les cigarettes se vendent à environ 2$ le paquet et les jeunes comme les plus vieux en ont toujours une à la main. Vous pouvez maintenant imaginer ce que ça peut avoir l’air dans les clubs qui n’ont pas d’aération et qui ne sont pas très grands. Pour vous donner une idée, disons que ça ne danse pas beaucoup et que ça regarde et parle énormément avec, bien sûr, une cigarette à la main. En janvier, la législation européenne contre la fumée dans les endroits publics entre en vigueur. Ça va faire mal!
Je suis toujours à la recherche de la signification de l’expression «beau comme un dieu grec». Peut-être que mon escapade dans les Cyclades, ces îles grecques dont Mykonos fait partie, me donnera une réponse mais pour l’instant…

Navigaytion
«Il était dix petits navires qui aimaient bien naviguer!» Telles pourraient être les paroles de cette comptine de notre enfance adaptées à un week-end d’août à Anvers, en Belgique. Histoire d’aller me rafraîchir un peu, je suis allé au nord pour participer à une journée bien spéciale. Navigaytion, c’est 10 bateaux qui se relaient sans arrêt pour faire monter à bord des matelots qui ont le goût d’évacuer leur surplus d’énergie en dansant au son de différents DJ. C’est aussi un espace terrestre où il y a des restaurants, des bars, des sauts en élastique et deux pistes de danse. Le concept est vraiment génial car il nous permet de passer une journée complète en plein air et de remplacer le ciel étoilé pour terminer la nuit dans un club intérieur. On ne se doute pas que cette ville puisse attirer autant de monde pour un party. Anvers, c’est la capitale du diamant et une ville portuaire. À part ça, rien de bien impressionnant. La température est pour le moins «fraîche» et on y parle le flamand. Surprenant de constater qu’en sortant de Bruxelles, le français n’est pas plus utilisé que ça dans un pays dit francophone. Évidemment et sans doute parce que les dieux grecs veillaient toujours sur moi, j’ai rencontré mes amis de Montréal à Navigaytion avec qui j’ai eu du très bon temps et, comme par hasard, il y avait une «Démence» le dimanche à Bruxelles! Je n’ai pas pu résister! Si vous passez par la Belgique en août prochain, mettez Navigaytion à votre agenda.