Elles (L Word) Sur ARTV

Leur monde à Elles

Carole Potvin
Commentaires
Elles (en anglais The L word, soit le mot en L… comme dans « lesbienne », débarque sur ARTV, et c’est un événement car les séries dont les lesbiennes sont les héroïnes sont rares. Un heureux événement qui plaira à tous car la série est réellement excellente et intéressera tout le monde. Il en aura fallu du temps pour que la télé s’intéresse aux lesbiennes et que cela soit fait de façon si intelligente et universelle que même les spectateurs masculins s’y retrouvent… Il en aura fallu du temps pour que les filles aient, elles aussi, une bonne visibilité au milieu des programmes désespérément hétéros ou, effet de mode, gais, et pour sortir des seconds rôles alibis. Il en aura fallu du temps pour voir s’afficher des femmes belles, sexy, féminines et homosexuelles dans des rôles phares. Cette absence va voler en éclats avec la diffusion de The L word, en français Elles, sur Artv en août et septembre.
Finement écrite, judicieusement pensée et parfaitement interprétée, cette série ne tombe pas – et c’était le piège – dans la caricature du monde lesbien. Certes, il s’agit d’un condensé de l’univers lesbien, et les comédiennes y sont sûrement plus glamour et sexy que dans pas mal de bars… et après?
Menée de front par l’éternellement jeune Jennifer Beals (Flashdance) et Pam Grier (Jackie Brown), cette série pénètre avec humour, tendresse et acuité dans le monde lesbien, de Los Angeles grâce à un groupe d’amies (voir encadré). Et de la Cité des Anges à la Belle Province, on s’aperçoit qu’il existe une universalité des comportements, des préoccupations et des problèmes : homoparentalité, confusion des sentiments, désir, fidélité, tromperies, difficulté de trouver l’âme sœur ou d’assumer son homosexualité… Les grands thèmes qui nous concernent tous et toutes s’y retrouvent.
Diffusée pour la première fois en 2004 sur la chaîne américaine Showtime, The L word a été saluée par la presse et très bien reçue par le public, permettant à la chaîne de quadrupler son audience. Un succès qui tient en partie à la crédibilité des personnages bien campés, évitant les stéréotypes et suffisamment diversifiés pour que chacun (et surtout chacune) y retrouve un bout de soi.
Autre raison de ce succès, la collaboration de Rose Troche (réalisatrice) et Guinever Turner (scénariste), dont l’association avait produit le film culte Go Fish. Indéniablement, leur regard et leur connaissance du monde lesbien, des complexités et subtilités féminines a permis cette juste retranscription. « J’écris pour les lesbiennes mais aussi pour ceux qui pensent qu’être lesbienne, c’est juste une question de sexe. J’écris pour que l’on voie qu’elles ont les mêmes problèmes, les mêmes joies et les mêmes difficultés que tout le monde», expliquait Guinever dans une entrevue accordée au magazine The Advocate lors de la diffusion originale de la série. Cela n’a pourtant pas empêché la scénariste d’appréhender certaines critiques : «La critique de la communauté gaie est ce qui me rend nerveuse. Mais si la série est bien accueillie, cela ouvrira la porte à d’autres. Les gens comprendront que les lesbiennes à la télé sont aussi intéressantes et compliquées que n’importe qui. C’est une étape vers quelque chose de nouveau, un univers qui a du potentiel». Les résultats ont apaisé ses craintes. D’ailleurs, la troisième saison est actuellement en tournage. Reste à découvrir l’accueil qui lui sera réservé au Québec. Mais après avoir visionné quelques épisodes, je suis convaincue que cette série a toutes les chances de s’imposer comme une référence.

Elles De quoi il s’agit...


Jenny Schecter, jeune écrivaine, vient d’achever ses études et débarque à Los Angeles pour retrouver son petit ami, Tim. Une nouvelle vie commence alors pour elle. Elle fait rapidement la connaissance de ses voisines, Bette et Tina, un couple vivant ensemble depuis sept ans et dont la préoccupation est d’avoir un enfant. Autour d’elles, un cercle d’amies composé de Shane, véritable Don Juan féminine adepte des relations d’un soir; Dana, joueuse de tennis professionnelle qui n’a toujours pas fait son coming-out faute d’assumer complètement son homosexualité; et Alice, journaliste bisexuelle qui s’apprête à entamer une phase «gars» par ras-le-bol des complications féminines. Lors d’une soirée, Jenny fait la connaissance de Marina…

La série Elles sera diffusée sur ARTV les vendredis à 22 h, dès le 19 août 2005.