Mariage gai

Quand l’Eglise trahit sa mission

L'équipe de rédaction
Commentaires
L’exigence première de toute vie chrétienne est d’aimer. Dans une telle perspective, la vie conjugale doit d’abord incarner cette réalité et non un simple désir de procréation. Dès lors, la mission de l’Église consiste essentiellement à inviter chacun à vivre pleinement l’amour tel que Dieu nous l’enseigne à travers un don de soi sans réserve (pédagogie du Père), un accueil inconditionnel de l’autre (pédagogie du Fils) et une participation à sa réalité dans le respect de soi-même et de l’autre, fondamentalement différent (pédagogie du Saint-Esprit). Ramener la vie conjugale à une exigence de procréation constitue en ce sens une grave négation du principe essentiel à toute vie chrétienne. Et condamner l’union amoureuse de deux personnes, parce qu’elles sont de même sexe, apparaît comme une véritable trahison de la mission fondamentale de l’Eglise consistant à rappeler aux fidèles que toute union conjugale n’a de sens, pour un chrétien, que dans la mesure où elle est vécue dans l’amour et le respect des personnes.

Certains rétorqueront que la Bible condamne les comportements sexuels entre personnes de même sexe. Rien n’est pourtant plus faux. Certes, elle fait allusion à certains actes homosexuels, mais dans des circonstances bien particulières, en dehors de toute union amoureuse (prostitution, viol, pédophilie, etc). Aucun passage n’évoque la situation qui nous préoccupe, celle d’un rapport sexuel dans le cadre d’une relation amoureuse s’inscrivant dans la durée et s’appuyant sur les exigences de l’amour. Lorsqu’un Benoît XVI ou, plus près de nous, un monseigneur Marc Ouellet, affirme s’appuyer sur la Bible pour condamner le mariage entre personnes de même sexe, il ne peut donc s’agir que de malhonnêteté intellectuelle.

Le récent passage au Sénat du Primat canadien de l’Eglise catholique romaine, et sa déclaration à l’effet que l’Eglise est menacée par le projet de loi sur la mariage des personnes de même sexe, est consternant. Si l’Eglise est gravement menacée, c’est plutôt de l’intérieur par des ecclésiastiques qui nient les fondements mêmes de sa raison d’être : enseigner l’amour. Plus encore, en tentant de s’opposer à la mise en place d’un modèle de vie conjugale enfin positif pour tous ces jeunes qui découvrent parfois avec désespoir leur orientation homosexuelle, l’Eglise représente une véritable menace pour notre société qui, plus sage qu’elle ne l’est, propose aujourd’hui de lutter contre l’exclusion des homosexuels. Monseigneur Ouellet est-il prêt à assumer la responsabilité des conséquences d’une telle exclusion allant dans certains cas jusqu’au suicide ?

Le Gouvernement canadien a fait preuve de sagesse et de courage dans la défense de l’amour et je l’en remercie. Quant à ceux qui se présentent comme pasteurs d’âmes tout en trahissant l’idéal que nous enseigne le Christ, je ne peux que prier pour eux afin que l’Esprit Saint les éclaire et les rende dignes des fonctions qu’ils prétendent occuper.