Festival Loto-Québec Juste pour rire

De tout pour tous, juste pour rire - Du 6 au 31 juillet

Yves Lafontaine
Commentaires
Montréal - Festival Du 6 au 31 juillet à Montréal, la «programmation de l’édition 2005 du festival Juste pour rire ira dans tous les sens, de la chanson au breakdance, des déambulatoires habituels aux paysages urbains artistiquement éclairés. Et même la chanteuse et actrice Marie Laforêt sera de la partie. Aux côtés d'un Stéphane Rousseau se pointeront les Jean-Marc Parent, avec Urgence de vivre; Guy Nantel avec Les Vraies Affaires; et Julie Caron, avec Une vraie fille... C'est moi ça?
Le musée Juste Pour Rire accueillera la nouvelle série «Tout show... tout flammes» où, du 12 au 24 juillet, seront présentées quelque 70 performances réalisées par des humoristes connus ou pas, ayant en commun un spectacle à mettre à l'épreuve. De Pierre Verville aux Chick'n'Swell en passant par Martin Petit, Luc Senay, Christopher Hall et une cargaison de nouveaux diplômés de l'École nationale de l'humour, la fête battra son plein de 19 h à 1 h. Des marathoniens que ces gens-là. L'endroit sera aussi l'hôte des «Grandes Entrevues» de Stéphan Bureau avec Jean Lapointe (16 juillet), Stéphane Rousseau (22 juillet), Franck Dubosc (22 juillet) et Jean-Marc Parent (23 juillet).
Du côté de nos cousins français, Franck Dubosc nous revient, toujours aussi mythomane mais tentant de jouer la corde romantique; Dieudonné fera encore des vagues, trois fois plutôt qu'une en présentant coup sur coup Pardon Judas, Mes excuses et son plus récent spectacle, 1905; Anne Roumanoff se reprend en présentant en reprise Follement Roumanoff; et... Marie Laforêt, qui n'a pas chanté depuis 30 ans, vient nous livrer ses grands succès d'alors dans Marie chante Laforêt, mis en scène par Laurent Ruquier. Elle a connu du succès par le passé avec Il a neigé sur Yesterday ou Que calor la vida. Elle se produira au Cabaret Music-Hall les 14, 15 et 16 juillet.
Toujours en salle - mais là, dans celles où l'on parle la langue de Shakespeare - la programmation annoncée hier est, à première vue, plus que prometteuse comme c’est le cas chaque année. Ainsi, Just For Laughs présentera deux spectacles (un pour enfants et l'autre pour les 13 ans et plus) mettant en vedette les «voix» de SpongeBob Squarepants: «Chaque représentation donnera lieu à un épisode livré en direct par les comédiens, mais il y aura plus de discussion dans celle pour le public plus âgé: qu'une émission comme celle-là fasse des vagues au sein de la droite américaine... c'est vraiment que ce pays a un problème et je voulais qu'on en parle», explique Bruce Hills, chef des activités du volet anglophone du Festival.
Parmi ses invités, on compte aussi des producteurs et scénaristes de Everybody Loves Raymond et du Daily Show de même que des auteures de Sex and the City qui, dans un spectacle qui se donne des airs d'impro mais est loin d'en être, entraîneront le public dans les coulisses des émissions de télévision. Passeront également sous les projecteurs les Dame Edna Everage (un incontournable), Jamie Kennedy, Lenny Henry, Finesse Mitchell, Greg Proops, etc.
Enfin, un Festival Juste pour rire serait beaucoup plus triste et moins coloré sans ses Arts de la rue. Cette année, ce volet se veut celui de la démesure. On y verra, entre autres, les Girafes (une opérette animalière) et les Roues de couleur (une techno procession) de la Compagnie Off. Et puis, l'occasion sera belle (on l'espère, côté ciel) pour les grands rassemblements que sont Juste pour le plaisir de jouer, Juste pour le plaisir de chanter (entre autres avec France Castel), Juste pour le plaisir de danser, Juste pour le plaisir d'être deux (en jumeaux) et Juste pour le plaisir de célébrer - le temps du banquet de clôture à saveur XVIIIe siècle.
La Battle JPR, une compétition de breakdance, réunira sur la scène du Medley quelques-uns des meilleurs danseurs du Canada et des États-Unis, le 23 juillet. Par ailleurs, la série Tout Show, au Musée Juste pour rire, sera copieuse avec quelque 70 performances et spectacles.
Dans la rue, le Quartier latin sera illuminé du 14 au 24 juillet par l'artiste français Xavier de Richemont, un spécialiste de la lumière, qui a travaillé, entre autres, avec le scénariste de grand renom Bob Wilson. Celui-ci est en demande car, uniquement pour l'année prochaine, il prépare des mises en lumière pour les villes d'Evora (Portugal), Vannes et Dreux (France) ainsi que Budapest (Hongrie).
À cela s'ajoutent 15 soirées de gala et quelques pièces de théâtre drolatiques, dont Les Palmes de M. Schultz (du 31 mai au 2 juillet, au Théâtre du Rideau Vert), Tout Shakespeare pour les nuls (du 22 juin au 9 juillet, au Théâtre national) et Le Mystère d'Irma Vep (du 12 au 23 juillet, au Monument-National).

Pour tout savoir sur la programmation du Festival, consultez la ligne Info-Rire Bell au (514) 790-HAHA ou le site hahaha.com