MYLÈNE FARMER - Polydor

Avant que l'ombre...

Alain Ayotte
Commentaires
Six ans après Innamorento, Mylène Farmer sort un sixième album (Avant que l'ombre...) sans inspiration, ne rehaussant en rien cette grande malade de l'âme au silicone. Beaucoup de ballades complaisantes dont la pièce-titre, une interminable ouverture mélancolique où la Farmer repousse les limites de sa voix frêle et de notre seuil de tolérance. Fuck them all, malgré quelques paroles explicites, se révèle plutôt puérile et ne choque que par son insipidité. Dans les rues de Londres, hommage manqué à Virginia Woolf, mérite d'être oubliée. Q.I. semble peut-être la chanson la plus amusante de ce somnifère musical surtout pour le vers: «Même si j'en ai vu des culs, c'est son Q.I. qui m'a plu... ». L'électro léger de Porno Graphique ajoute un peu de relief à l'ennui, mais ne sauve pas la pauvre Mylène de sa torpeur de potiche de salon. Inconditionnels, à vous de juger!