Église

Le futur pape sera-il être encore plus réactionnaire?

Nicolas Lavallée
Commentaires
Le long pontificat de Jean-Paul II a été marqué par une opposition constante aux droits des gais et au condom, au point où plusieurs militants et responsables de la santé publique considèrent le pape Jean-Paul II comme «l’un des premiers complices de la pandémie» du sida. Et rien ne laisse croire que le prochain règne sera plus progressiste. En effet, quelques-uns des favoris du conclave qui désignera le successeur de Jean-Paul II sont au moins aussi conservateurs et anti-gais que le pape défunt…D'ailleurs, on n’en finit plus de découvrir chez les cardinaux qui font figurent de favoris lors du prochain conclave (les papabili) des prises de position au moins aussi tranchées que celles du défunt.

Si les convictions réactionnaires du vieux cardinal Ratzinger (l’un des très proches de Jean-Paul II) n’ont jamais été un mystère, pas plus que celles de l’archevêque de Venise, le cardinal Scola, ils font presque figure de modérés en comparaison avec deux autres prétendants au trône du Vatican, les cardinaux indiens Dias et Toppo. Tous deux opposés à la contraception, à l’avortement, au préservatif, ils ont aussi des vues très arrêtées sur l’homosexualité. Ainsi, dans une allocution au Vatican en novembre 2003, le cardinal Dias avait parlé de l’homosexualité comme d’une maladie de l’âme et avait dit prier pour que les homosexuels soient «soignés pour leurs tendances non naturelles».

Ça promet…