L’herbe est plus verte chez le voisin

Francis Lagacé
Commentaires
Avec le printemps qui revient, on peut avoir le goût de regarder dans la cour du voisin. Et ce n’est pas parce que la grève est chose du passé à la SAQ qu’il nous est interdit d’aller voir ce qui se passe en Ontario. Nous avons donc fait une petite virée dans le charmant village de Hawkesbury pour faire une petite analyse de ce que nous offre la «Régie des alcools» ontarienne (Liquor Control Board of Ontario - LCBO). À peine une heure plus tard et 600 $ en moins, nous sommes de retour à Montréal et déballons nos emplettes. Des Français en spécial
Quand un grand vin français a fait ses frais, la LCBO liquide (c’est le cas de le dire) ce qui reste. Résultat : on se retrouve avec un château Larose-Trintaudon, cru Bourgeois 2000, un haut médoc de grande qualité, en rabais à 24,95 $ au lieu de 32,95 $. Son beau pourpoint grenat à reflets pourpres, son charmant museau de cuir, de cerise et de vanille et sa gourmande bouche ronde, où se mélangent le cuir, le bois, le chocolat et même le cacao, en font un délice inespéré. (No 40000 9986259) A

Les Fumées blanches est un vin de pays des côtes du Tarn que nous connaissons bien au Québec. La version vendue en Ontario coûte 3 $ de moins (9,95 $ au lieu de 12,95 $) et est bouchée par une capsule de métal dévissable, la solution la plus intelligente pour les vins qui ne sont pas destinés à vieillir. Très étrange qu’il n’en soit pas de même chez nous. D’une belle limpidité, cette boisson aux arômes fruités de pamplemousse, de beurre et de melon offre une chair croustillante dotée d’une belle acidité et d’une fraîcheur de pamplemousse appréciable. Un plaisir irrésistible avec tout fruit de mer, avec poissons blancs, avec coquilles saint-jacques ou en apéritif. (No 721298769522; No 643700 au Québec) B+

Un fort bon vin de semaine, le Sauvignon blanc 2003, vin de pays d’Oc de Georges Dubœuf. Un bon petit blanc, très minéral, aux notes d’arachides et d’agrumes pâles. A très bien fait l’affaire avec un club sandwich maison. (No 335165008814; No 602664; 10,95 $) C+

Des Australiens généreux
La maison Wyndham propose un sémillon, vin blanc, à un prix dérisoire (11,05 $). Le Bin 777 (plus il y a de chiffres qui suivent le nom Bin, meilleur est le vin; il y a des vins à un, à deux, à trois et à quatre chiffres) de 2003 est d’une couleur de paille d’avoine blanche. Sa troublante frimousse fleure les fruits exotiques et l’esprit de framboise. Sa belle gueule craquante est d’une bonne acidité où se retrouvent, à notre grand étonnement, la fraise et la framboise. (No 08043213207; No 352435; 11,05 $) B+

La même maison offre un animal plutôt costaud à 14,5 % d’alcool. Le Bin 444 2002, cabernet-sauvignon, est d’un profond sang-de-bœuf. Son nez n’est pas pour les cœurs sensibles : sang et pimbina. La bouche suit avec rondeur : poivron, cerise, épices (clou) et un mélange fort de tannin et d’alcool. Pour le cow-boy en vous. (No 080432126073; No 110486; 15,10 $; 17,95 $ au Québec) B+

Chez Wolf Blass, nous avons été frappés par le Riesling 2003 d’Australie du Sud. Ce délicieux boire est aussi fermé par un bouchon de métal dévissable, idée on ne peut plus excellente. Il se vêt d’une robe jaune clair et très limpide. Il se parfume de miel légèrement pétrolé avec un soupçon d’orange et de muscade. Il se boit avec souplesse et nous comble de fruits exotiques, épicés et dotés d’une acidité charmante. On apprécie aussi son taux d’alcool raisonnable : 11,5 %. (No 023859 000458; No 505370; 13 $) B++

Un Argentin charmant
Le Torrontes privado 2004 de la maison Etchart dans la région Cafayate en Argentine est un bon blanc assez gras avec un excellent goût de litchi poivré. On l’appréciera avec la nourriture asiatique, notamment les sushis. Il est remarquable qu’il côute 4 $ de plus au Québec qu’en Ontario. (No 779009 3012105; No 283754; 9,90 $ en Ontario) B+

Un tour du monde juste en traversant une petite frontière, mais quelle différence de prix!

Le chouchou du mois
Retour chez nous, pour une folie de luxe. La Cidrerie du Minot de Hemmingford (www.duminot.com) propose un cidre de glace mousseux. Son œil est d’un bel ambre très clair à bulles fines. Son nez embaume la pomme, l’abricot, la poire et le caramel léger. La bouche est charmante avec rondeur, à la fois moelleuse et mielleuse, mais tout de même dotée d’une acidité équilibrée. Taux d’alcool raisonnable (10 %), aucun excès de sucre et charme garanti. Pour les fêtes spéciales avec les desserts, à 37,50 $ les 375 ml. En vente à la cidrerie et au Marché des Saveurs du marché Jean-Talon. A-

Commentaires, questions, suggestions : écrivez à [email protected]
ou au magazine.