Trois cidres à découvrir...

Neige, Frimas et Dégel

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Les deux premiers sont des cidres de glace. On connaissait le cidre et le vin de glace. François Pouliot, un producteur de cinéma, a eu l’idée géniale de donner à un produit du terroir, la pomme, cette touche particulière que seul le Québec pouvait lui offrir, c’est-à-dire le froid. Avec un produit on ne peut plus authentique, le cidre de glace de La face cachée de la pomme, nom de l’entreprise de François Pouliot, a rapidement conquis les amateurs et collectionné de nombreux prix. Original, subtil et en même temps savoureux, le cidre de glace peut accompagner un repas en partie ou en totalité. La décantation, c’est-à-dire la séparation du sucre et de l’eau se fait par le froid, après le pressage, pour le cidre Neige ou, avant le pressage, pour le cidre Frimas. Pour ce dernier, les pommes gelées restent accrochées aux branches et ne sont cueillies qu’au cœur de l’hiver, la décantation s’étant produite dans le fruit même. Voilà pour le secret de fabrication. Ce procédé donne cette douceur et ce fruité inégalables au cidre. Dégel, le petit dernier, ne peut être qualifié de cidre de glace puisque qu’il se range dans la catégorie des cidres secs, même si une partie de sa fabrication se calque sur celui de Neige, mais avec une densité de sucre encore moindre. En route vers une appellation réservée au cidre de glace du Québec, la Face cachée de la pomme entend encadrer et préserver ses méthodes de fabrication et lui permettre de développer de nouveaux produits. Neige, Frimas et Dégel valent le détour, sachant que paradoxalement le froid peut aussi nous apporter du soleil, de la chaleur, et le plaisir de la dégustation.

Disponibles dans les succursales de la SAQ