Quatre toiles de l’artiste à l’encan-expo du Black & Blue

Corno s’expose au Black & Blue

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
Corno participera au Black & Blue, du 6 au 12 octobre prochain, au profit des activités du BBCM. Elle y présentera quatre grandes œuvres, des corps d'hommes dansants, sur toile (une de 6 pieds par 6 et deux de 5 pieds par 6). Une manière de montrer, en grand, l’importance autant symbolique que créative de New York dans sa vie d’artiste. Sans oublier Montréal, pour la part humaine de chacun. Entrevue. «Je vis dans l’énergie de New York depuis 13 ans déjà et j'ai avancé pas mal. Mais j’ai beaucoup de fans à Montréal. Il me semblait important de leur montrer où je suis rendue maintenant. Ces quatre tableaux sont pleins de l’énergie de New York avec cette avant-garde typique de Montréal.»

Corno, peintre de nos fantasmes, raconte ses villes comme des ateliers: «New York m'a donné confiance en moi, j'avais raison d'y venir, car cette ville ne donne pas le choix, on n’a pas le temps ici. Elle oblige au présent, à l'immédiat, et donc à se mettre au clair avec soi-même. On en prend plein la gueule tout le temps. Si tu as la vocation d'être peintre, tu ne fais pas autre chose ici. Mais on apprend aussi à connaître ses limites! C’est très profitable, New York a fait avancer ma recherche intuitive.»

«Si j'étais venue à New York plus jeune, j'aurais été trop naïve, trop folle, trop enthousiaste, j'aurais voulu tout avaler tout de suite et je m'y serais brûlé les ailes. C'est bien que j'y sois venue moins jeune, cette ville rend les gens matures tout en leur gardant une certaine fraîcheur. Il faut savoir rester naïf mais pas dupe, et toujours s'émerveiller».

À propos des tableaux, réalisés spécialement pour le Black & Blue et qui seront exposés lors du Cocktail du Président, dès 18h, au Times Supper Club (997, Saint-Jacques Ouest) le 8 octobre, elle s’explique: «Mes sujets et mon style sont moins soft qu’avant. J’ai poussé plus loin l'abstraction. J’ai maintenant un style plus direct. Avant, je passais du blanc au gris, puis du gris au noir. Désormais, je ne fais plus de rose avant de passer au rouge. Un tableau est un discours précis et direct. La poésie qui s’y exprime est, selon moi, aussi violente que celle de Rimbaud dans Les Illuminations. Dans ce sens, j’ai profité du thème 2004 «Louis XIV» pour développer un pigment gold, qui donne l'effet de la feuille d'or.»

Ces quatre œuvres magistrales seront transférées à l'événement principal du Black & Blue, au Palais des congrès, le dimanche 10 octobre, pour être intégrées au décor de la soirée. La mise à prix se fera jusqu'au 15 octobre au cours d'un encan silencieux via internet sur les sites du BBCM et de Corno.

www.bbcm.org / www.cornostudio.com Info : (514) 875-7026.