Medulla

BJÖRK - One little indian

Alain Ayotte
Commentaires
Voici le disque de Björk le moins accessible, le plus difficile, très loin de tout objectif commercial mais près, très près d'une intégrité artistique sans compromis chez une chanteuse se surpassant à chaque nouveau projet. Medulla explore l'instrument le plus commun de tous et le plus envoûtant: la voix humaine. la fois angélique et démoniaque, Björk a enrôlé quelques choeurs (comme sur le précédent Vespertine) et chanteurs ainsi que des complices récurrents, comme Mark Bell ou Matmos, pour les sonorités électroniques. Le résultat, absolument unique, possède la force étrange d'une beauté formelle époustouflante. Chef-d'œuvre expérimental, ce disque se renouvelle à chaque écoute et fera sûrement date dans la carrière étonnante de cette fée-prophète de l'ère numérique.

La musique contemporaine côtoie ici les rythmes et les sons à la fois futuristes et primitifs de la nouvelle technologie. Artiste volontaire et visionnaire, Björk semble épurer sa démarche musicale dans une quête spirituelle intense et rigoureuse. Les connotations sacrées abondent dans certains titres comme Show me forgiveness, Who is it (carry my joy on the left, carry my pain on the right) et Triumph of the heart. Attention, vous allez pénétrer dans une autre dimension! Extrême et ésotérique.