Un drame de Anne Fontaine

Nathalie...

Yves Lafontaine
Commentaires
La réalisatrice de Nettoyage a sec et Comment j’ai tué mon père, Anne Fontaine, revient avec un film dans la même lignée, mêlant cette fois difficultés conjugales et désir saphique. Catherine (Fanny Ardant) découvre que son mari (Gérard Depardieu) la trompe depuis des années. Désemparée, elle loue les service de Marlène (Emmanuelle Béart) une call girl pour contrôler la vie sexuelle de celui-ci. Une relation ambiguë se noue entre les deux femmes.
On pourrait reprocher à Anne Fontaine de faire un cinéma d’auteur académique dans lequel des thèmes comme l’homosexualité ou la prostitution ne sont qu’un prétexte subversif, mais dans ce cas comment se fait-il qu’on se laisse si facilement se laisser prendre au jeu de cette spirale du désir et de la séduction ?

La réalisatrice se surprend à évoquer Choderlos De Laclos pour définir son cinéma. Car rien ne sort évidemment du rang " politiquement correct " d’un film avec de telles stars à l’affiche mais malgré tout, on sent derrière les images léchées et les dialogues impeccables suinter un discours pertinent sur les " limites de l’hétérosexualité " ou la puissance du langage en amour.

On pourrait également lui reprocher un casting tellement " énorme " qu’on se demande si toute l’entreprise ne serait pas mise en œuvre pour offrir des rôles " césarisables " aux comédiens. Mais si Fanny fait vraiment du Ardant, elle n’est est pas moins excellente comme à son habitude.

Plus étonnant, Anne Fontaine parvient à tirer de Gérard Depardieu une performance comme il n’en avait pas faite depuis longtemps, tout en discrétion et retenue. Il redevient un acteur et laisse tomber un temps le masque du personnage insupportable qu’il entretient à force de téléfilms historiques poussifs et autres productions potaches qui l’ont galvaudé depuis des années.

Emmanuelle Béart n’est pas en reste non plus, charnelle et immuable, dont la profondeur et la gravité éclatent à chaque seconde. Les rôles de prostituées sont souvent des rôles en or et celui-ci n’échappe pas à la règle, la belle ne s’y est pas trompée !

Au final, on peut dire qu’il faut laisser ses préjugés au placard et courir voir Nathalie.... Ce serait vraiment dommage de bouder un tel plaisir.