Discrimination

Manifestation contre les mariages gais à Ottawa

Caroline Lavigne
Commentaires
Quelques milliers de personnes - 6000 selon une estimation - ont participé à Ottawa à une manifestation de protestation contre la décision du gouvernement fédéral de légaliser les mariages de conjoints de même sexe. Les manifestants venaient principalement d'organisations religieuses de l'Ontario et du Québec. Ils avaient répondu à l'invitation de la «Coalition Against Same Sex Marriage». «Le pays est menacé», a lancé d'emblée l'organisateur de la manifestation, Tim Dooling, un catholique pratiquant d'Ottawa. L'événement avait une forte connotation religieuse. Des ministres de plusieurs cultes ont prononcé des discours passionnés pour défendre ce qui doit demeurer, selon eux, la définition «traditionnelle» du mariage.

«Le mariage est davantage qu'un mot qu'on peut changer au gré des modes», a soutenu le père François Beyrouti, de l'église melkite d'Ottawa. «Il faut garder notre pays glorieux et libre, que ce soit de la domination étrangère ou de la détérioration interne», a renchéri le révérend Rick Reed, de la Metropolitan Bible Church.

Plusieurs manifestants portaient des écriteaux s'adressant à leurs députés fédéraux. On pouvait y lire : «Si vous voulez mon vote, dites non au mariage gai». Les orateurs ont assuré que Dieu aimait tout le monde, mais plusieurs participants n'ont pas manqué de dénigrer l'homosexualité. «On ne peut pas qualifier de bien ce qui est fondamentalement mal», a ainsi lancé l'immam Gamal Solaiman, de la communauté musulmane d'Ottawa.

Les opposants aux mariages homosexuels s'étaient d'abord rassemblés devant l'édifice de la Cour suprême pour une manifestation silencieuse, avant de se diriger vers la flamme du Centenaire, devant le Parlement, où ils ont écouté les interventions de députés, de porte-parole religieux et de particuliers.

Pour sa part, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jack Layton, a joint sa voix à celle de quelques députés libéraux pour demander qu'un vote sur le mariage entre conjoints de même sexe soit tenu cet automne aux Communes. «Nous disons depuis des années que le Parlement devrait se pencher sur la question, donc le plus tôt sera le mieux», a soutenu M. Layton, qui a répété que les députés néo-démocrates appuieraient les libéraux sur cette question.
Jean Chrétien s'en tient à son plan

Jeudi, à la fin du caucus estival des députés libéraux à North Bay, en Ontario, le premier ministre a déclaré que le gouvernement s'en tenait à sa démarche actuelle, qui consiste à attendre la décision de la Cour suprême avant de tenir un vote libre au Parlement. M. Chrétien a répété sa conviction que le gouvernement avait procédé de la bonne façon en adressant un renvoi à la Cour suprême pour faire avaliser le texte de son projet de loi par le plus haut tribunal du pays.