Étirez-le

Francis Lagacé
Commentaires
Que faut-il étirer comme ça? Eh bien, l’été voyons! Le mois d’août, c’est encore l’été, le mois de septembre aussi et ces agréables sensations doivent durer. Une excellente façon d’y parvenir est de consommer du rosé tard dans la saison. Les chroniqueurs vous entretiennent de rosé au mois de mai. Quand arrive la fin de l’été : "Comment s’appelait donc ce rosé dont on a parlé dans la chronique de monsieur Untel il y a trois mois?", vous demandez-vous en vous grattant la tête. Heureusement, tonton Francis a pensé à vous et vous suggère de ces boissons rafraîchissantes qui prolongeront pour vous les plaisirs de l’été.

Les choses au clair
Certaines précisions pour commencer. Le rosé n’est pas fait d’un mélange de vin blanc et de vin rouge. C’est un vin de raisins noirs dont on laisse macérer les peaux plus ou moins longtemps dans le jus avant de les retirer, ce qui produira un rosé plus ou moins foncé. Si on peut faire du blanc avec des raisins blancs ou avec des raisins noirs, on ne peut faire du vin rosé qu’avec des raisins noirs.
Le rosé n’est jamais un grand vin. C’est un petit vin agréable conçu pour vous faire plaisir et être dégusté bien frais en agréable compagnie. Il accompagne bien les petites bouchées apéritives, mais il convient aussi à bon nombre de plats : le confit de dinde, dont le gras est excellent pour la santé, les rillettes de lapin, qui se consomment même par temps chaud, et la terrine de caille à la poire copineront gaîment avec le rose liquide. Ajoutons votre brochette de poulet, pas trop épicée, ou votre filet de truite, même en papillotte.

Les suggestions
Le Marqués de Cáceres rosé est un classique dont la petite touche de pomme est caractéristique. Le 2002 est moins réussi que le 2001, mais c’est tout de même un bon choix d’apéritif. (No 904672; 10,85 $) C+
Le Quinta da Espiga 2002 vinho regional Estremadura est un charmant portugais de la maison Santos Lima. Il plaît avec sa couleur jus de cerise au marasquin et flatte le nez avec ses odeurs de bonbon à la fraise poivrée. Le goût est minéral et poivré avec un fruit léger. Son caractère sec, son degré d’alcool (13 %) et sa belle acidité lui permettent d’accompagner sans difficulté tous les plats d’été. (No 742700; 11,65 $) B-
Le Domaine Gournier rosé 2002, vin de pays des Cévennes, est d’un beau rose truite. C’est un succès égal d’année en année. Son nez de bonbon poivré attire, et sa bouche ronde, grasse et minérale à la fois ajoute une touche de fraise pas complètement mûre à vos plats. La finale poivrée complète bien les poissons. (No 464602; 10,45 $) B-
Le Domaine du Lys rosé est un peu moins réussi en 2002 qu’en 2001, mais offre toujours un très bon rafraîchissement. Couleur de saumon fumé, nez minéral aux touches de bonbon à la banane, il rappelle la fraise en bouche et est très acidulé. À prendre bien frais avec des poissons blancs. (No 709501; 12 $) C+
Pour faire plus exotique, allez vers l’Afrique du Sud avec le Tribal rosé 2002, vin de Western Cape. Couleur de tuile pâle, il est très costaud avec ses 13 % d’alcool et son nez de bonbon anglais. En bouche, il est rond; son acidité est très adoucie par un goût de fruit blanc bien mûr. Une belle expérience à très petit prix. (No 742858; 9,65 $) B-

Alcool d’été
En apéritif ou en digestif, il est agréable de siroter l’Alizé Gold, boisson aux jus de fruits et au cognac. De couleur jaune orange, il a un nez de fruit de la passion et de mangue. En bouche, sa texture rappelle le jus d’orange, son goût est un mélange exotique de fruit de la passion, d’orange et de mangue avec un beau petit piquant rappelant la présence d’un alcool pas excessif (14,9 %). Heureusement, le tout n’est pas trop sucré. Si vous le prenez en apéritif, n’excédez pas un verre. (No 430090; 24,05 $) B
Un petit blanc d’apéritif à prendre avec les petits fours : le Marqués de Marialva blanc. Pâle avec des reflets verdâtres, il est minéral et sent la lime. Le goût est très vif, avec des touches de citron. À prendre bien frais. (No 626499; 10,40 $) C
Et on s’étire, jusqu’en... septembre.

Commentaires, questions, suggestions, écrivez au magazine ou à
[email protected]