Pologne

L'Église met fin à la campagne d'affichage des homosexuels polonais

Yves Lafontaine
Commentaires
La campagne d'affichage lancée par la photographe Karolina Bregula et soutenue par Izabella Jaruga-Nowacka, la ministre chargée de l'égalité des sexes, a dû être suspendue, à la demande de l'Église catholique. Pour les militants gais et lesbiennes, le débat né de cette campagne est tout de même une victoire en soi. "Pour la première fois, les homosexuels ont été montrés comme des gens ordinaires, pas comme des pédophiles dans une station de train ou des désaxés à une Gay pride", a déclaré Robert Biedron, président d'une association de lutte contre l'homophobie de Varsovie. À Varsovie, justement, le défilé de la fierté gaie, qui se tenait le 1er mai, a rassemblé près de 3000 personnes, un record que les médias polonais ont toutefois décidé d'ignorer. Le retrait des affiches a néanmoins fait couler beaucoup d'encre dans les quotidiens. De nombreux intellectuels ont signé une lettre publiée par le quotidien Gazeta Wyborcza : "Le destin de la campagne a montré le degré d'intolérance, de peur et de censure dans notre pays. Une voix en défense de la campagne est une voix en défense de la liberté d'expression, de la tolérance et des droits de la personne."