International Mister leather de Chicago

Au pays de Fanfrelust

Patrick Brunette
Commentaires
Sur la scène, deux Apollon vêtus de slips de cuir ouvrent un livre géant. Sur la chanson I will survive, des photos d’anciens M. Cuir International sont projetées sur deux pages blanches. Ça y est, me voici dans l’univers de Fanfreluche! Oubliez les contes de fée et pénétrez dans l’univers cuir. Bienvenue au 25e concours International Mr Leather (IML). Dans la salle du vieux Congress Theater de Chicago, des centaines d’adeptes du cuir regardent défiler les cinquante-huit candidats, dont cinq Canadiens, au titre de International Mr Leather 2003.

Après une cérémonie de près de quatre heures (le fouet aurait été de mise pour couper court à quelques discours interminables!), le couronnement de John Pendal, de Londres, Royaume-Uni, est venu clore la 25e édition de cette célébration cuir.

Une présence remarquée

Pour souligner ce quart de siècle, les organisateurs ont eu la brillante idée d’inviter sur scène le premier Monsieur Cuir International, David Kloss, élu en 1979. Aujourd’hui âgé de 53 ans et vivant à Toronto, cet Américain a conservé un look qui lui permettrait de participer à nouveau à cette compétition.

Mais ma palme d’or pour le "candidat s’étant le plus fait remarquer" va à Douglas Connors, M. Cuir Ottawa-Outaouais. À 30 ans, il en était à sa troisième visite au concours IML, mais à sa première comme candidat. Toujours souriant, le velu participant a été acclamé par la foule après son discours. "Tu dois aimer ta première peau pour être bien dans ta deuxième", a-t-il conclu. Visiblement bien dans ses deux peaux, Douglas a bondi de joie sur scène en apprenant qu’il figurait parmi les vingt finalistes. Il fallait le voir sauter au cou des autres candidats pour mesurer sa joie! "Ce fut la meilleure semaine de ma vie", lance-t-il sans hésiter.

"Une fois le concours terminé, tellement de gens m’ont approché pour me dire que je les ai touchés; on aurait dit que j’avais gagné", avoue Douglas, qui s’est classé 8e, la meilleure position canadienne cette année.

Outre Douglas, les autres Canadiens étaient : Mario Bourgeois (Atlantique), Paul Ciantan (Toronto), Mike Sinnott (Edmonton) et Gordon Alexander (Colombie-Britannique). Montréal n’a pas envoyé de candidat, car le concours M. Cuir Montréal a été déplacé, cette année, au 1er septembre.

Conte de fée
Des milliers de gars de cuir – et des filles aussi – envahissent Chicago chaque année pendant le long weekend du Memorial Day. Certains participeront aux activités liées au concours IML, alors que d’autres préféreront profiter des quatre journées de célébrations pour plonger corps et peaux dans les fantasmes cuir.

Pénétrer dans le hall du luxueux Palmer House Hotel, le quartier général de l’événement, c’est plonger dans le grand livre de Fanfreluche. Le décor est réaliste (on se croirait dans un château), mais l’ambiance complètement irréelle : des centaines d’hommes en chaps, latex, portant chaînes ou encore masques de cuir, sans compter les esclaves puppy, tout de cuir vêtus, à quatre pattes, avec sur la tête une cagoule canine (avec museau et oreilles de chien).

Tous les fantasmes sont permis. Comme celui d’un coordonnateur d’IML qui collectionne les jocks souillés et autographiés des candidats au titre de M.Cuir International.

À visiter aussi, le Leather Market, avec tous ses kiosques offrant de tout pour assouvir toutes les envies. Et ici, pas de cabine d’essayage. On vous invite à essayer devant les gens qui font du lèche-vitrine votre prochain harnais avec cockring!

Vivre le concours IML, c’est mettre le pied dans un conte où se côtoient des prince-Albert, des reines dominatrices, des valets au service de leur maître, et tout ça en plein coeur du donjon du château!

Et comme le dit si bien Douglas Connors : "D’être à IML te donne un goût de ce que pourrait être la Terre si tout le monde se décidait de vivre librement sa sexualité, de parler de ses fantasmes et de chercher à les réaliser. C’est extraordinaire!"
Et vive Fanfrelust!