Amnistie internationale

Journée de mobilisation contre la persécution des Égyptiens

Caroline Lavigne
Commentaires
Amnistie internationale convoque un rassemblement devant le consulat d'Égypte à Montréal pour protester contre la persécution continuelle dont les Égyptiens homosexuels et bisexuels font toujours l'objet. Cette manifestation s'inscrit dans le cadre d'une journée mondiale de mobilisation à la défense des Égyptiens persécutés du seul fait de leur orientation sexuelle réelle ou présumée. Amnistie internationale souligne ainsi, la veille de ce 10 mai 2003, le deuxième anniversaire de l'arrestation arbitraire, au bar Queen Boat du Caire, d'une cinquantaine d'hommes qui auront été soumis à un procès injuste, à la torture aux mains des autorités carcérales, ainsi qu'à une campagne monstrueuse de stigmatisation publique par les médias égyptiens. Vingt et un de ces Égyptiens, qu'Amnistie internationale a adoptés comme prisonniers d'opinion, auront passé un an en prison avant d'être remis en liberté au mois de mai 2002. Jugés à nouveau par une autre cour, ils viennent d'être condamnés, le 15 mars 2003, à trois ans de prison. Pendant les deux ans qui se sont écoulés depuis le début de cette affaire, les arrestations d'homosexuels et bisexuels se sont multipliées, des dizaines d'autres hommes ayant été ciblés dans différentes villes d'Égypte. Dans un pareil contexte de persécution soutenue, Amnistie internationale vient d'adopter deux nouveaux prisonniers d'opinion, Wissam Tawfiq Abyad et Zaki Sayid Zaki Abd al-Malak, dont elle demande la libération immédiate et inconditionnelle.

Cette journée mondiale de mobilisation à la défense des Égyptiens homosexuels ou bisexuels comprend des rassemblements à New York, Washington, Londres, Bergen, Oslo, Stockholm, Berlin, Francfort, Amsterdam, Paris, Madrid et Genève. À Amnistie internationale se joindront d'autres organisations non gouvernementales pour les droits humains tant locales qu'internationales, dont Al-Fatiha (l'association internationale des Musulmans gais, lesbiennes, bisexuels, travestis et transsexuels), ainsi que l'International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC).

Rappelons que la persécution des homosexuels et bisexuels en Égypte a été condamnée également par Human Rights Watch, la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH), le Groupe de travail sur les détentions arbitraires des Nations Unies, le Comité des droits humains des Nations Unies et le Comité contre la torture des Nations Unies.

Rassemblement devant le consulat d'Égypte à Montréal, Place Ville-Marie 1, coin René-Lévesque Ouest. Vendredi, le 9 mai 2003 à 18h.