Vins, bières et spiritueux

Grazie Mille

Francis Lagacé
Commentaires
Ces mots italiens signifient "mille mercis". On voudrait les répéter chaque fois que l’on savoure les délicieux vins d’Alba de la maison Penna Luigi & Figli (Louis Penna et fils) ainsi que ceux de quelques autres producteurs réunis par la Délégation commerciale d’Italie pour une dégustation de vins du Piémont. Je vous présente ici mes impressions en espérant y intéresser quelques importateurs, puisque ces vins ne sont pas offerts actuellement au Québec. L’originalité plaît toujours
Laura Valditerra a combiné le nom de ses trois chiens terre-neuve dans son Fiordesari 2000, vin à dominante de barbera. L’odeur de violette nous saisit au nez. En bouche, le vin est rond, minéral, ample et légèrement fauve (jeunesse des vignes), et le parfum de la violette est toujours là. La bouteille coûterait 5,30 euros avant taxes. B
Son blanc, le Castello di Novi 2001 d’appellation Gavi, a un nez puissant de fruits et d’agrumes. En bouche, il est très fruit, très rond et gras. La bouteille coûterait 4,50 euros avant taxes. B+

La maison Molino
Chez Franco Molino, j’ai apprécié surtout les Barbera d’Alba suivants : le Sarmassa 1999 au bon nez de chocolat et au goût charmant et rond qui comble les papilles. Il ne coûterait que 4,20 euros la bouteille de 750 ml avant taxes. B
Le Barbera d’Alba Riserva 1999, vieilli en fût de chêne français, sait garder un nez discret, mais sa bouche toute de fruit de tanin fin, où se profile un cacao souple et agréable, fait voir que la timidité n’était qu’apparente. On compte 7,10 euros avant taxes. B+

Le fils de Luigi
Que d’agréables moments à écouter le fils de Luigi parler de son vin et de ses parents! J’avais l’impression de tout comprendre, mais l’interprète était nécessaire pour poser mes questions. Avant de lire mes commentaires, rappelez-vous que je note sévèrement en dégustation publique.
Le Bricco Galante 2001, Dolcetto d’Alba, a un nez minéral et goûte les fruits rouges bien mûrs. Il est souple et charmant. 5,30 euros. B+
Le Galante superiore 2000, Dolcetto d’Alba, a le nez discret. En bouche, il est riche, rond et souple. Son fruit est solide et se développe sur la langue. 7,20 euros. A-
Le N’Giolina 1999, Barbera d’Alba, porte le nom de la mère (version dialectale d’Angelina). Ce vin passé en barrique de chêne constitue un très beau mariage de fruits et de tanin. Il a du charme à revendre. 8,40 euros. A-
Le Vigiotö 1999, Nebbiolo d’Alba, aussi passé en fût de chêne, porte le nom du père (version dialectale de Luigi). Le nez est puissant, l’attaque en bouche est solide, puis ronde, souple, avec une plénitude charmante où pointe un cacao fin. Un plaisir caressant. 9,60 euros. A-

L’os dans la moulinette
Mais, hélas! trois fois hélas! la SAQ nous annonce qu’elle veut réduire le nombre des produits offerts dans le but, sûrement, d’améliorer son rendement. Elle veut faire passer le nombre de produits courants de 1650 à 1450 et les produits en spécialité de 6500 à 4500. Après quelques années où la qualité et la diversité étaient les maîtres mots, nous sommes entrés dans des années où la règle est le profit. Si on veut faire en sorte de simplifier la liste avant que le monopole soit privatisé, on est sur la bonne pente.

Pour votre prochain panier
Ce Viogner 2001 de Laroche est un vin de pays d’Oc aux qualités étonnantes. Nez d’arachides fraîches, bouche d’amandes, d’arachides, de litchis et de poivre enrobés dans une belle acidité. (632323; 12,95 $) B-
Le petit Gamay 2000, vin de pays de l’Ardèche, de la maison Georges Dubœuf, est un gentil vin toute occasion au charmant goût de fraise et de poivre léger. À mettre au frigo au moins une heure avant l’ouverture. (319111; 10,80 $) C+
Le Château Pech-Latt 1998 d’appellation Corbières est un vin certifié biologique d’une belle couleur rubis foncé. Au nez, on découvre des effluves de raisin macéré. En bouche se mêlent le sel, le tanin et le poivron vert dans un ensemble cordial. Il gagnera à vieillir encore deux ou trois ans. (571083; 20,70 $) B-
Le Domaine des Huards 1999 est d’une appellation peu connue, Cour-Cheverny, et d’un cépage guère plus connu, le romorantin. De couleur très claire, il sent les raisins confits alors qu’en bouche, on retrouve plutôt le citron confit mais sans sucre. Très original et très agréable avec tout poisson, tout fruit de mer. (872309; 15,10 $) B-

Commentaires, questions, suggestions, écrivez au magazine ou à mon courriel