Foutez-moi la paix

Mado Lamotte
Commentaires
J’pense qu’y a rien que j’aime plus que de rentrer chez moi après une longue journée de travail pour retrouver mon p’tit monde et ma chatte Shirley qui m’apportent tant de bonheur et de sécurité et surtout qui me donnent la conviction que je mène une vie extraordinaire, même si chu pas mariée, que j’ai pas d’enfants, que j’ai pas de char, de chalet, pis de placements en bourse qui vont me permettre de prendre ma retraite à 55 ans. De toute façon, est-ce vraiment ça, le bonheur, mes tout-p’tits: travailler fort comme un boeuf pendant 35 ans pour se retrouver aux deux tiers de sa vie avec un tas de bébelles qui valent cher et des dettes par-dessus le toupet? Tout d’abord, c’est quoi ce concept de straights de prendre sa retraite à 55 ans? C’est à 30 ans qu’il faut arrêter de travailler! En fait, le mieux c’est de s’arranger pour se trouver un travail comme le mien qui te donne l’impression que t’auras jamais travaillé de ta vie parce que t’es payé pour déconner, boire et faire le party. Irresponsable? Oui, pis tant mieux. C’est ça qu’on devrait enseigner aux enfants d’aujourd’hui: tripez autant que vous pouvez et, de grâce, arrêtez de vous en faire avec ce que les autres vont penser. Chu assez écœurée d’entendre du monde me dire que telle chose se fait pas parce qu’ils ont peur de se faire juger. Moi, personnellement, j’aime bien mieux me faire traiter de pauvre inconsciente, d’écervelée ou de tête en l’air que de suivre la nouvelle mode du politically correct qui revient en force en ce début de siècle. Ça m’énerve d’entendre du monde se plaindre qu’ils ont manqué leur vie parce qu’elle ne ressemble pas à celle du modèle parfait établi par la société.

Hey, les moutons, si demain on vous dit que, pour réussir sa vie, il faut se gârocher en bas du pont, allez-vous suivre? L’an 2000 est peut-être synonyme de progrès technologique, mais qu’en est-il de l’évolution des mentalités, bout d’viarge? Ah oui, on a marché sur la lune, on a la possibilité de parler au téléphone vraiment partout, pis on peut même se crosser en direct sur son ordinateur portable, mais, à mon grand étonnement, on se tire encore dessus, pis on peut même pus traiter quelqu’un de crétin sans être obligé de faire des excuses au monde entier. Si vous voulez que je vous dise, j’aurai jamais peur de dire ce que je pense et, même si ça m’amène à me faire brûler vivante sur la place publique, ben, au moins, je serai morte debout, pas cachée derrière mon divan à traiter le monde de con seulement quand chu sûre que personne m’entend. Ça fait que je me gênerai pas pour vous dire que Bush, Blair et tous ceux qui appuient la guerre sont les derniers des morons sur terre, et qu’ils soient président américain, acteur de cinéma ou vendeur chez Yellow, pour moi, c’est la même chose, ce sont tous des imbéciles. La société démocratique que Bush veut imposer à l’Irak parle justement de ce droit à nos opinions et de liberté d’expression. Alors, il faudrait peut-être arrêter de faire nos vierges offensées ou de jouer à l’autruche parce que, on en a eu la preuve à la dernière marche pour la paix, on est des millions — si c’est pas un milliard — d’êtres humains dans le monde à vouloir la sainte paix. Autant chu capable de reconnaître que l’ancien gouverneur du Texas, qui détient le record de mises à mort dans son pays, a peut-être une ou deux bonnes intentions dans sa lutte contre le terrorisme, autant chu capable de reconnaître une magouille quand j’en vois une. Faudrait être aveugle pour pas voir que ça pue le pétrole à plein nez, cette menace de guerre-là! Crisse, ça fait depuis qu’il est au pouvoir que le bonhomme se prend pour Dieu ou un de ses représentants ici-bas.

Il serait à peu près temps que quelqu’un lui dise qu’il n’est pas seul maître au monde et que l’avenir des peuples de la terre ne dépend pas uniquement de lui et de son gouvernement de vieux schnocks bornés dans leur conservatisme des années 50. La société a évolué, monsieur le dictateur. Ça fait longtemps que les Noirs ne s’assoient plus dans le fond de l’autobus et que les gais ne sont plus obligés de se marier avec le sexe opposé pour cacher leur homosexualité! Wake up and smell the booze de vache, darling! Oui, Saddam est un beau salaud qui mérite d’être jeté dans une fosse aux lions, mais c’est pas en tuant des milliers d’innocents qu’on va sauver l’Irak. J’vous dis que si j’étais stagiaire à la Maison Blanche, le cigare cubain, je l’sais très bien à qui je l’enfilerais.

En tout cas, ils savaient de quoi ils parlaient dans les années 70 avec leur slogan: faites l’amour, pas la guerre. Si les gens fourraient un peu plus, y en aurait moins de problèmes et y aurait sûrement beaucoup moins de monde frustré, moi, la première!

Ben oui, j’m’énarve, mais que voulez-vous, moé j’ai pas été faite pour vivre au frette, et là je pense que l’hiver qui finit plus de recommencer est en train de me faire perdre le peu de patience qu’il me restait. Ça fait que si vous vous retrouvez sur mon chemin dans les jours qui suivent, changez de bord de trottoir si vous voulez pas recevoir un coup de sacoche par la tête. Cibole que j’haïs ça le frette! En fait, c’est pas la température qui m’énerve le plus, ça serait plutôt ceux qui nous rappellent à longueur de journée qu’il a fait moins 30 pendant quasiment trois mois. Si le froid vous agace tant que ça, déménagez en Floride ou ben faites comme moi, restez chez vous collés sur le calorifère, pis tricotez, viarge! Pis à part de ça, quand est-ce qu’ils vont se décider à mettre un toit sur Montréal au grand complet? S’ils ont été capables de couvrir la plaza Saint-Hubert, ils pourraient ben faire la même chose sur le reste de la ville. Comme ça, l’inconsciente que je suis qui a roulé à vélo tout l’hiver aurait fini de se geler l’cul et surtout de scraper ses bords de pantalons avec le calcium qui lui r’vole dessus quand elle pédale dans la slushe brune dégueulasse, parce qu’à la quantité de marde qui a longé le bord des trottoirs pendant une bonne partie de l’hiver, des fois j’me demande ben s’ils font juste la tasser ou ben si, pour sauver de l’argent, y attendaient pas qu’elle fonde, la maudite neige.

Du calme Madeleine, si tu continues à t’exciter le poil des jambes de même, tu vas te retrouver allongée sur une civière dans un corridor de l’urgence. J’prendrai même pas de chance de vous annoncer l’arrivée du printemps parce que, le mois dernier, vous avez été des dizaines à rire de moi parce que l’épaisse que je peux être parfois s’était laissé tromper par une maudite marmotte qui avait supposément vu son ombre, ce qui devait annoncer l’arrivée du printemps pour le début mars. Chu mieux de pas mettre la main sur c’te bibitte à poils-là qui m’a fait passer pour une pauvre idiote parce que je la passe au malaxeur, pis j’la crisse dans ma sauce à spaghetti!
Hé que ça fait du bien de se défouler une fois de temps en temps. Chu désolée que ça soit sur vous autres, mes chéris, mais comme j’ai pas le temps de m’inscrire à des cours de karaté pour fendre des planches de mélamine en deux, va falloir que vous attendiez mon prochain article pour retrouver ma bonne humeur habituelle.
En attendant que le beau temps revienne, j’vas aller m’éffouerrer devant ma télé pour crier des bêtises aux concurrents de Star Academy. Maudit que c’est poche comme émission. Et est-ce possible que Julie Snyder soit rendue aussi mauvaise animatrice que Marcel Béliveau? Et, de grâce, ma chérie, change de designer. Quand on n’a pas les jambes de Tina Turner, on porte pas de mini-jupes au ras le smoked meat!!