Le Salon de l’auto de Montréal et les nouveautés

Retour sur le Salon 2002

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Avec 141 000 visiteurs, la 35e édition du Salon de l'auto de Montréal aura connu une baisse d'achalandage de presque 30 %. Les raisons de cette désaffection ne sont pas encore déterminées. Certains avancent que trois salons en une année, c'était trop pour le public. Rappelons que la 34e édition s'était tenue en janvier dernier, au parc olympique, tout de suite suivie par le Salon des autos de luxe à la Place Bonaventure. D'autres commentateurs condamnent la campagne de publicité, dont le thème de la réunification sous un même toit, allusion aux différends entre les manufacturiers, s'adressait avant tout à la corporation plus qu'au grand public qui aurait aimé que l'on mette de l'avant l'auto. D'autres enfin soulignent que le choix du Palais des congrès, même agrandi, a dérouté le public, qui avait pris ses habitudes au Stade olympique. Les organisateurs ont aujourd'hui un an pour changer de cap et attirer une foule plus nombreuse en novembre 2003. Reste que, durant le salon, il y a eu plus d'une vingtaine de premières canadiennes, c'est-à-dire des modèles présentés pour la première fois au Canada et dont certains se retrouvent déjà sur nos routes. General Motors dévoilait la Saturn Ion (15 000 $) remplaçante de l'antique SL apparue il y a plus de 10 ans. Mazda livrait la 6 en version hatchback et sportwagon, pour compléter la berline conventionnelle lancée il y a quelques semaines. Inifiniti lançait une berline conventionnelle et traditionnelle sur tous les plans, la M45 (62 000 $), et surtout le G35 (45 000 $), le frère plus grand et plus luxueux du coupé Nissan 350Z (44 000 $). Original avec son look ravageur, le Nissan Murano (39 500 $) faisait aussi ses premiers pas au Salon, avec sa transmission automatique à variation continue. Si l'on regarde la liste, par manufacturier, des modèles disponibles au Canada, les véhicules utilitaires sport, récréatifs et hybrides, les camionnettes, pick-up et autres fourgonnettes prennent définitivement le pas sur les berlines. Il sort aujourd'hui plus de nouveautés dans le secteur des 4 X 4 que dans tout autre segment. Le Salon de l'auto de Montréal n'a pas fait exception. Toyota avec le tout nouveau 4Runner (39 000 $), Lincoln avec l'Aviator, (59 000 $), Honda avec l'Element, et Volvo avec la X90 (55 000 $).