Le goût de Monsieur

Benoit Migneault
Commentaires
Auteur de l’excellent L’autre Faust : L’homosexualité masculine pendant la Renaissance, Didier Godard s’attaque maintenant au XVIIe siècle, qu’il étudie sous toutes ses coutures avec toute la maestria qu’on lui connaissait dans son ouvrage précédent. De fait, l’auteur remet en question la croyance bien établie que l’homosexualité était une pratique rare sinon vilipendée qui conduisait directement aux prisons de l’État ou, plus prosaïquement, aux bûchers. C’est en effet la vision que les historiens entretinrent longtemps et entretiennent malheureusement encore trop souvent face à cette époque. Dans un premier temps, il étudie scrupuleusement les manifestations de la répression homosexuelle en Angleterre et en France, ainsi que les types de châtiments dont les hommes trouvés coupables pouvaient faire l’objet (prison, bûcher, galère, hôpitaux, etc.). Il émet également de sérieux doutes quant à la réalité de l’imposition systématique de peines lorsqu’un individu était soupçonné ou publiquement reconnu comme ayant des pratiques "contre nature". Dans un deuxième temps, il étudie les manifestations de l’homosexualité dans les classes sociales (aristocratie, grande bourgeoisie, clergé, artistes, castrats, prostitués, armée, marine et pirates) et brosse éun tableau de la morale et des mœurs qui existaient réellement à l’époque. Finalement, une troisième section dresse un parallèle fort intéressant entre l’émergence de la contre-culture en Europe et la mise en place d’une culture et de groupes homosexuels plus organisés. Un ouvrage fascinant, accessible, qui n’est pas écrit dans un jargon incompréhensible et qui met bien en lumière la tolérance sociale qui existait à l’époque à l’endroit de l’homosexualité. Une tolérance qui, malheureusement, ne perdura pas longtemps.

Le goût de Monsieur : L’homosexualité masculine au XXII e siècle / Didier Godard. Montblanc : H&O, 2002. 254p.