vins, bières et spiritueux

Consolation de novembre

Francis Lagacé
Commentaires
Rien n’arrête la clepsydre, et novembre, plus que tout autre, est le mois propice aux épanchements sur l’irréparable outrage. Après pareille entrée en matière, nous avons besoin de chaleur et de réconfort. Côté pomme
Vous avez déjà fait votre provision de pommes. Si celles des marchands sont couvertes de morpholine, celles acquises chez les producteurs en seraient exemptes, tout comme celles qui servent à la confection du cidre.
Je reviens à la Cuvée sur paille du Côteaux Saint-Jacques, ce cidre mousseux très sec et fin. Bulles fines, belle couleur ambrée et nez d’essence de pomme. Fin en bouche, il accompagne une variété de plats, un peu à la manière du champagne. À la caisse, 10$ la bouteille, avant taxes, chez le producteur, à Saint-Paul d’Abbotsford. Au marché Jean-Talon, vous débourserez 14,95 $ tout compris. A-
Le Rosé mousseux de la même maison vous plaira aussi. Il a un nez de clafoutis aux pommes, une belle couleur ambré rosé, une bouche fraîche et légère, où l’on perçoit la pommette rose, et sa finale sèche est appropriée. Malgré sa légèreté (7 % d’alcool), il peut accompagner des entrées de thon blanc ou d’asperges blanches. Chez le producteur, on paye 11,74 $ avant taxes. B
Pour finir un repas en beauté, dégustez Le Clandestin, un cidre gelé, toujours de chez Côteau Saint-Jacques. La boisson est gelée en hiver et le reste est coulé pour être réembouteillé. Le résultat est un liquide plus concentré en matière, dont le taux d’alcool atteint 12 %, ce qui est assez rare dans les cidres. Ambre clair, il sent la chair de pomme cuite. En bouche, il goûte la pomme sèche, il est très fin et couvre bien la langue sans sensation de glycérine aucune. Conseillé comme apéritif, il fera office de bonne finale tout en évitant les excès d’alcool des digestifs. Se vend 19,95 $ avant taxes chez le producteur. B

Côté porto
Si vous préférez le porto pour accompagner vos cigares, offrez-vous ce produit qui pourra tout aussi bien servir en semaine, étant donné son faible coût. D’ailleurs, on ne vide pas une bouteille de 750 ml à deux le premier soir, n’est-ce pas? La Reserva Velha de la maison Cabral est d’une belle couleur fauve tuilé. Il sent l’érable et un peu les éricacées. En bouche, on se rappelle les biscuits à l’érable, on trouve une rondeur agréable et on le sent cordial. Ce nouveau porto est conçu à partir d’une sélection de tawnies d’une moyenne d’âge de sept ans, ce qui en fait un produit moins cher que les tawnies de dix ans. Bel achat. (No 625871; 15,30 $) B-

Côté soleil
Ah, la virilité des Australiens! En septembre dernier, deux spécialistes, Bill Hardy de chez Hardy & Sons ainsi que Philip Laffer, vinificateur chez Wyndham, nous ont présenté à l’aveugle treize vins, quatre blancs et neuf rouges. Des trois que j’ai préférés, l’un n’est pas offert ici. Voici les deux autres : le Wolf Blass Cabernet Sauvignon, très populaire, a été présenté sous son millésime 2001. Au nez de raisin macéré, il est très fruité en bouche, a une touche anisée et n’est pas agressif malgré son long passage dans le chêne. (No 251876; 17,75 $) B+

Le Katnook Cabernet Sauvignon 1998 a un beau nez de cuir et de pruneaux avec une touche de minéralité. Très plein en bouche, il a une touche de caramel et des notes de chocolat. (No 590471; 29,95 $) B+
Vous trouvez que les Australiens sont de plus en plus chers avec leur popularité croissante? Pour vous refaire, profitez d’un charmant petit espagnol. Le Cruz de Piedra Garnacha 2000 appellation Calatayud est un liquide corsé qui titre 14 % d’alcool. D’un beau pourpre foncé, il sent la confiture de framboises et les mûres. Très tannique, fort cordial, il rappelle les cerises salées. Vin de semaine qui accompagnera tous les types de plat, de la tourtière aux côtelettes de porc, en passant par le pâté chinois. (No 620690; 11,35 $) C+

Côté sortie
Pour vous réjouir le cœur, passez par les nouveaux locaux de la succursale Signature aux Ailes de la mode, rue Sainte-Catherine Ouest. Deux étages de boissons de luxe et de grandes bouteilles qui font rêver. Peu importe vos moyens, allez-y comme à une exposition d’œuvres d’art.
Si vous êtes libre le lundi 18 novembre, votre humble serviteur donne une petite conférence au bénéfice du Centre communautaire des gais et lesbiennes de Montréal, 2075, rue Plessis, 19 h.

Commentaires, questions, suggestions : écrivez à [email protected] ou au magazine.