Conseils

Des signets pour vous éviter des problèmes…

Commentaires
Vidéotron surveille ses modems! Au cas où vous ne le sauriez pas, si vous êtes un abonné haute-vitesse de Vidéotron, vous êtes limité dans le nombre de téléchargement que vous pouvez effectuer. Vidéotron se réserve en effet le droit de facturer, au coût de 7,95$ par gigaoctet supplémentaire, toute utilisation supérieure à six gigaoctets par mois, en aval, et cinq gigaoctets par mois, en amont. Par le passé, il était très rare que Vidéotron facture le consommateur pour ces "excès". Depuis que les autres fournisseurs d'accès haute-vitesse ont aussi instauré de telles limites mensuelles, Vidéotron le fait aussi. Le fournisseur permet désormais à tous ses clients de mesurer leur propre trafic de données transférées pour ainsi éviter une surfacturation en cas de dépassement de la limite permise. Pour vérifier vos transferts : http://www.videotron.com/ portail_fr/internet/consommation/consommation.html Attention à votre barre Google
http://www.google.com
Dès que j’en ai l’occasion, je vous recommande d’utiliser le moteur de recherche Google, de loin le plus performant en ligne. Or, Google vous offre une barre d'outils que vous pouvez installer sur Internet Explorer. Si vous l’avez installée et que vous utilisez une version antérieure 1.1.60, vous devez la mettre à jour. Les versions précédentes offrent une porte cachée pouvant permettre à des pirates de prendre possession de votre ordinateur. La barre d'outils en question permettait aux attaquants de lire des fichiers locaux, d'exécuter des commandes malicieuses et de procéder à d’autres formes d'intrusions illicites.

Consommateurs avertis
http://www.consommateur.qc.ca/cyber
Bien que le volume d’achats sur Internet soi loin d’atteindre les sommets prévus par les gourous des octets, il croît en popularité. Or, qui dit plus d’achats, dit plus de possibilités de se faire prendre par des marchands peu scrupuleux! Le Cyberconsommateur averti est une initiative du Réseau de protection du consommateur (RPC), d'Action Réseau Consommateur-Fédération des ACEF (ARC/FACEF), d'Option consommateurs, de l'Office de la protection du consommateur (OPC), ainsi que de l'organisme français Consommation, Logement et Cadre de Vie (CLCV). Le projet a été financé par le Consulat général de France à Québec et le ministère des Relations internationales du Québec. Les informations et les conseils qu’on nous présente s'inspirent des plus récentes expériences des groupes de consommateurs au Québec, en France et dans le monde, ainsi que des bonnes pratiques commerciales recommandées par plusieurs organismes internationaux. En plus du volet informatif, on y propose une adresse de courriel où les internautes ayant été victimes d'une "cyberarnaque" ou d'un récidiviste du pourriel peuvent relater leur mésaventure, le but de l'exercice étant de constituer une liste des sites Web à éviter.