Re-Pairs

La création au service de la prévention

Logan Cartier
Commentaires
Saviez-vous que nous sommes présentement confrontés à une nouvelle vague de l’épidémie du VIH-sida? Cette fois-ci, ce sont les jeunes qui sont les plus touchés. Le virus semble de moins en moins menaçant avec les nouveaux médicaments et l’espoir d’un futur vaccin. Tout cela fait en sorte que les gens prennent davantage de risques. Comment l’art peut-il conscientiser le public à la réalité du VIH-sida et à ce que vivent les jeunes gais aujourd’hui? Les arts peuvent être un excellent moyen pour illustrer la réalité du VIH-sida aujourd’hui, mais aussi pour réfléchir et s’interroger vis-à-vis de la sexualité et de la communauté. C’est dans cette optique que nous veerrons; comment la création artistique peut nous aider à mieux vivre notre homosexualité et à mieux gérer le risque dans nos relations sexuelles. De plus, nous regarderons comment l’expression artistique peut être développée pour devenir un moyen pour sensibiliser, éduquer et informer le public vis-à-vis des nouvelles réalités du VIH-sida. L’expression artistique est un excellent moyen pour apprendre à nous découvrir et à mieux nous connaître. Quand nous créons une œuvre, nous exprimons, nous communiquons quelque chose. Après coup, nous sommes en mesure de mieux nous comprendre et d’être à l’écoute de ce qui se passe en nous. L’œuvre que nous créons est le reflet de ce que nous ressentons à l’intérieur. L’étincelle qui met feu au processus de création, c’est l’émotion à son état brut. C’est comme si nous avions un miroir devant nous : quand nous regardons ce que nous avons créé, nous sommes en mesure de nous voir sous des angles qui nous étaient jusqu’alors inconnus. Nous pouvons y découvrir des zones intérieures inexplorées jusqu'à présent, de nouvelles facettes de notre personnalité.

Parmi les différentes disciplines artistiques, la danse est un des outils que nous privilégions pour arriver à une meilleure connaissance de soi et pour apprendre à mieux communiquer avec les autres. Elle peut nous permettre d’entrer en contact avec notre corps et d’explorer notre monde intérieur. Elle permet la confrontation de nos limites, ainsi que celles des autres tout en respectant nos capacités physiques et celles de nos partenaires. Quand on se sent bien dans notre corps et dans notre esprit, il est plus facile de nous aimer et de nous accepter tel que nous sommes. Nous aimer, c’est nous respecter. Ainsi, nous devenons davantage en mesure d’avoir des pratiques sexuelles sécuritaires. Il existe aussi d’autres médiums artistiques qui peuvent nous aider à prendre contact avec notre intérieur.

L’art pour conscientiser le public à la réalité du VIH-sida et à ce que vivent les jeunes gais aujourd’hui

L’art fait appel aux émotions et à la sensibilité du public. En effet, l’art est, par son pouvoir d’évocation, un moyen pour arriver à des changements sociaux et politiques. L’implication des jeunes artistes, qui produisent des œuvres illustrant leur univers homosexuel, permet de donner une visibilité à cette minorité que sont les hommes gais. Rendre visible l’homosexualité dans la société contribue à estomper les préjugés. Dans un autre sens, l’expression artistique peut servir à dénoncer l’homophobie de la société. De plus, il est possible de démystifier les valeurs et les modèles véhiculés par le milieu gai. Également, l’art est un bon moyen pour les jeunes gais séropositifs d’exprimer ce qu’ils vivent et, de part leurs créations, de changer la perception de la maladie et de contribuer à faire tomber les préjugés dont ils sont victimes.
Ainsi, l’art peut être un excellent moyen pour apprendre à mieux vivre notre homosexualité et pour exprimer nos revendications. L’art peut choquer et faire bouger les choses. Il est notre reflet, le reflet d’une réalité dans laquelle nous vivons. Il en revient donc à nous de mettre notre imagination au service de la prévention.

Vous aimeriez en savoir plus sur ce qui se fait dans le milieu des arts pour la prévention? Vous n’avez qu’à consulter le site Internet de Re-Pairs au : www.sero-zero.qc.ca/jeunes/repairs.html ou contacter Jean-Félix Perron, responsable du projet Re-Pairs au (514) 521-7778, poste 23.