Qui veut la faim…

Misto

Claudine Metcalfe
Commentaires
Le slogan du Misto ne peut pas être plus juste : "Qui veut la faim prend les moyens!" En effet, il suffit d’avoir faim pour se délecter de recettes exquises. C’est André Montmorency, un habitué, qui m’y a amenée il y a longtemps , et j’aime maintenant y aller pour ses excellentes pâtes. Il y a bien sûr les foccacias aux mille versions, des calzones, deux plats de veau (des jarrets), des entrées classiques mais surtout, une variété de pastas toutes plus tenantes les unes que les autres. Il n’y a pas de table d’hôte mais les prix des plats principaux sont abordables? L’espace est magnifique, très mode, avec une grande banquette de type lounge, un bar animé, des luminaires d’inspiration art déco, une grande baie vitrée donnant sur la grouillante avenue du Mont-Royal. Un mur de briques agrémenté de bois donne de la chaleur. De petites lampes (électriques, attention au fil) font bel effet. Le vestiaire est à l’arrière, dans une zone de design réussi, et les toilettes sont magnifiques. La clientèle mixte est constituée de gens à la mode. Oui, il n’y avait que de jolis visages, de belles jeunes filles et des hommes séduisants. C’est le genre d’endroit où l’on aime voir et être vu. Et du monde, il y en a, un vendredi soir! Une chance que je m’y suis pointée juste avant 17 heures, sinon, des réservations se seraient imposées. La cuisine est ouverte jusqu’à minuit, 7 jours sur 7! Oiseaux de nuit, couche-tard et les après-spectacles sont bien servis. L’ambiance est celle des bistros prisés, avec de la musique assez forte, de petites tables carrées en bois à proximité les unes des autres, des serveurs empressés. Parlant de service, il sont tous courtois et efficaces malgré l’achalandage.

La carte des vins est impressionnante, avec un grand choix, allant de 27$ à plus de 350$ la bouteille... Mon petit budget m’a permis un (petit) verre de Santa Christina à 6$. Petit plaisir. J’ai remarqué qu’il y avait peu de bouteilles sur les tables : est-ce parce qu’il était trop tôt?

On y prépare des "assiettes ensoleillées et des pâtes actualisées", soit de la très populaire cuisine d’inspiration italienne, repensée avec les courants californiens. Poulet mariné, saveurs mexicaines, sauce au gorgonzola et noix de Grenoble rivalisent avec les classiques.

Les linguines aux palourdes (11.50$) sont exquis, tant pour la cuisson des pâtes, pour la portion et pour cette sauce divine : palourdes, crèmes, échalotes et vin blanc… Attention, pas de goût de ca-canne ici, les palourdes ont ce bon goût de mer. Les cannellonis aux pleurotes sont un pur ravissement (13$). Les quatre gros cannellonis sont fourrés à la sauce crème et pleurotes, et servis sur une confiture d’échalotes au vinaigre balsamique avec un soupçon de tomate, à peine senti. Un régal! Déposés en treillis dans la belle assiette, quelques traits de crème sûre la coiffent délicatement, et des tiges de fines herbes complètent la décoration. Une assiette qui pourrait être vendue 24$...

Pour deux, avec un martini, une bière et 4 verres de vin, avant service : 70$. Misto, 929, avenue Mont-Royal Est, T. : (514) 526-5043.