Mishima

Yves Lafontaine
Commentaires
Puzzle cinématographique ambitieux réalisé par Paul Schrader en 1985, Mishima explore la vie et l’œuvre du romancier, cinéaste, acteur et philosophe Mishima qui se suicida, en 1970, en se faisant hara-kiri pour protester contre la dégradation des traditions japonaises. Le réalisateur n'a pas cherché à offrir une biographie exhaustive ni à faire des révélations sur l'écrivain : il a plutôt opté pour une approche à la fois réaliste et stylisée lui permettant de faire le pont entre Mishima et son imaginaire et de démontrer ainsi son caractère psychotique. Schrader divise son film en quatre chapitres illustrant des préoccupations ou des thèmes qui occupent une place de choix dans la littérature de Mishima. Ceux qui connaissent bien la vie de Mishima remarqueront que de larges parties de sa carrière et les relations qu'il entretenait avec la communauté des écrivains japonais ont été oubliées. De plus, Schrader évoque plus qu’il ne la montre l’homosexualité de l’écrivain. Ces omissions sont cependant compréhensibles si l'on considère la thèse que cherche à défendre le metteur en scène, c'est-à-dire un voyage dans la schizophrénie de Mishima. Malgré cela, Mishima demeure un film important et une très belle tentative d'explication d'un geste dément posé par un des grands créateurs du vingtième siècle.
(Mishima. Offert en DVD et VHS.)