Dégustation de vins et bières

Explosion!

Francis Lagacé
Commentaires
Doux printemps ! Peut-être sera-t-il plus froid que cet étrange hiver. Sentez-vous bouillonner votre sève? Êtes-vous prêts pour l'explosion de vos sens? Pendant que la planète craque de partout, voyons comment nous pouvons gérer de petites déflagrations locales. De verre
Quelle surprise lorsque le goulot éclate sous la pression de l'appui du tire-bouchon! Phénomène toujours troublant, cet accident est plutôt rare (c'est ma troisième fois à vie) et est causé par une faiblesse constitutive du verre. Si cela vous arrive, ne paniquez pas: il est toujours possible de sauver le vin. D'abord, ramassez soigneusement les débris et nettoyez la table au moyen d'un essuie-tout légèrement mouillé que vous jetterez. Puis, passez le vin dans un filtre à café de papier. Certes, le filtre retiendra une partie des tanins et affaiblira un peu le liquide précieux, mais restera l'essentiel, ce qui est plus que convenable.
La victime était un Dom Brial 2000 Côtes-du-Roussillon village de la Cave des vignerons de Baixas. D'une couleur purpurine, ce vin costaud titre 13 % d'alcool, ce qui en fait une boisson fort cordiale. Le nez est très engageant : mûres, vanille et bleuets sont au rendez-vous. En bouche, vous le trouverez très tannique, même après le filtrage, fort en alcool et un peu rustique avec son goût de merise pas complètement mûre. Doté d'une bonne minéralité, il se mâtine d'effluves de violette. (No 614040, 14,80 $) C+

De bulles et d'Australie
Un mousseux offert dans les succursales ontariennes : le Deakin Estate Brut, non millésimé, provient d'Australie du Sud. D'un jaune clair, il sent la meringue et le léger caramel. En bouche, il se dévoile en offrant une belle acidité, des touches de pomme verte et de meringue sèche. Très sec avec ses bulles d'une bonne finesse. La forte teneur en alcool (13 %) vous fera chanter "Tu me fais tourner la tête" (Piaf). Nos joyeux voisins d'Outre-Outaouais ne paient que 11,45 $ pour ce pétillant plaisir. (No 576264) B+
La maison Wolf Blass a livré sur les tablettes de la SAQ trois nouvelles éditions de ses produits, aussi d'Australie du Sud. Puisque les vendanges ont lieu en début d'année (c'est l'automne là-bas quand c'est le printemps ici), nous pouvons déjà boire le Chardonnay 2001 d'une belle couleur or vert. Avec un nez d'agrumes, de beurre et une pointe de fruits exotiques, ce vin vous attaquera les papilles de ses 13,5 % d'alcool bien couverts par un boisé solide associé à des touches d'épices. Les Australiens aiment la virilité, même dans le blanc. Une bonne acidité équilibre le tout. Accompagnerait bien les nouilles asiatiques. (No 226860, 17,65 $) B+
Le Merlot 2000 de la même maison oscille entre le rubis et le pourpre. Costaud en alcool, il gagne à être légèrement rafraîchi. Après des odeurs de fraise et de poivre, vous reconnaîtrez en bouche le gingembre, le clou, le bois et la vanille. Très musclé, cet Australien fera un bon compagnon des pâtes italiennes. (No 173023, 17,75 $) B+
Le Shiraz 2000, toujours chez Wolf Blass, m'a paru très épicé. Offrez-lui les mets les plus costauds. (No 506691, 16,90 $) B-
Pour oncle Charles, un blanc du Chili appelé Trio. Le millésime 1997 est de couleur miel vert. Visiblement passé en fût, il sent le bois, la groseille blanche, le litchi et le buis. En bouche, le litchi revient associé au clou et au gingembre. C'est un vin rustique, mais il a du charme. (No 853408, 11,40 $) B-

De bières
La brasserie Le Chaudron de Montréal s'ajoute aux fournisseurs des maltophiles (amateurs de bières). Elle propose trois bières. La Chanvre rouge est la plus attirante avec son étiquette mettant en évidence le cannabis sativa (ce chanvre que nos arrière-grands-parents fumaient en toute tranquillité, c'était légal). Cette rousse cuivrée sent la céréale. Elle offre une belle amertume, mais peu de rondeur. Elle est très sèche en bouche et pourtant accompagne bien les pretzels. C+
La Cœur d'or est de couleur ambre clair. Nez de houblon frais, mais bouche courte. Bière de fin de journée avec des chips. C
La blonde Cobra effraie par son étiquette et son nom, mais réjouit par son amertume bien présente, son fruit amer qui rappelle la salsepareille et sa longueur en bouche qui désaltère. Elle fera aussi honneur à vos nachos à la salsa. B-

Commentaires, questions, suggestions : écrivez à [email protected] ou au magazine