SIN

Kissing

Commentaires
Voici un tout petit compact - trente-six minutes - d’un groupe autrichien formé en 1989 et qui s’avère surtout connu dans sa famille. On pourrait parler d’une électronica quasi-industrielle (parler de musique lounge serait ici trop réducteur!), tantôt assez pop-tendance, mais aussi, à ses heures, noire et expérimentale. La chanteuse y va souvent d’une voix gutturale à la Marianne Faithful, ou encore d’un ronronnement qui rappellera Eartha Kitt, dans un style évidemment fort différent. La world music s’intègre au son de Sin, la formation flirtant avec les rythmes latinos dans le simple And I Sigh, puis avec des sonorités à la turque, texturées avec les "machines", bien sûr. Exceptionnellement bien réalisé, mais s’accordant beaucoup mieux avec un bon système de son qu’avec un "cheapette" (je le sais, j’ai les deux), Kissing ravira les oreilles exigeantes et sollicitera les émotions de plusieurs autres, ceux qui se laissent séduire par l’expression à un second degré de sentiments nostalgiques. Très européen, très intello, mais très beau, à mon avis meilleur que Baxter et au moins aussi bon que Portishead. Mais, c’est trop court!
Jean-François Tremblay
([email protected])