Fugues a 18 ans

L'âge de la majorité

Yves Lafontaine
Commentaires
Sans faire de bruit, nous avons soufflé nos 18 bougies. Pas si mal pour un magazine gai. Beaucoup d'autres ont disparu sans avoir pu atteindre l'âge de raison. Deux cent seize numéros qui sont comme un album de photos et de famille, dans lequel se dessinent notre histoire et notre avenir. Comme les enfants qu'on refuse de voir grandir, certains le voient encore comme "le guide de nuit" des premières années, alors que la grande majorité des lecteurs, qui ont accompagné Fugues du bac à sable jusqu'à sa majorité, ne s'y sont pas trompés. Le bébé a bien évolué.

Même l'adolescence s'est traversée sans crise, comme un élève un peu trop sage. Le regard de Fugues s'est élargi et a dépassé l'horizon des comptoirs des bars pour rendre compte, témoigner et accompagner l'essor de nos communautés. Fugues y était. Et pas seulement pour souligner, par une petite photo, l'anniversaire de telle personnalité dans un restaurant, ou un repas-bénéfice pour un organisme. Fugues y était, dans tous les changements et progrès qui ont marqué la vie gaie au Québec, au cours de la précédente décennie. En somme, Fugues a évolué à votre rythme, au rythme de la société.

Témoin et reflet de l'explosion du Village qui, en quelques années, est devenu un pôle d'attraction touristique et un secteur au développement économique inespéré.

Témoin et acteur dans la conquête des droits civiques. Dès 1993, avec les audiences de la Commission des droits de la personne sur la communauté gaie et lesbienne, jusqu'au projet sur l'union civile, Fugues, par ses articles, ses entrevues, a apporté sa contribution sur le chemin de l'égalité.
Témoin et partenaire de nombreuses initiatives communautaires. Fugues a toujours soutenu les initiatives des organismes, des plus connus aux moins connus, et leur a aussi offert un espace dans lequel s'exprimer, se faire connaître.

Témoin et innovateur vis-à-vis des entreprises qui, à travers le magazine, ont pris conscience de l'importance de cibler la clientèle gaie.

Témoin et solidaire face à toutes les causes de discrimination connue. Fugues a été le premier à s'intéresser, entre autres, à la cause de Michael et René, de même qu’à celle de Roger et Théo.

Témoin et empathique, enfin, à toute la diversité qui compose nos communautés par des dossiers rejoignant chacun et chacune, des jeunes aux transexuels, de la parentalité aux modes de vie et de relations différents ou, comme ce mois-ci, en donnant la parole aux gais issus des communautés ethniques.

Bien sûr, nous n'avons pas épuisé tous les sujets ni les angles d'approche différents pour rendre compte d'un des phénomènes historiques les plus intéressants : la constitution des communautés gaie et lesbienne qui, il y a un peu plus d'un siècle, n'avaient pas de nom. Mais nous sommes encore tout jeunes et bien des projets nous passionnent. D’ailleurs, d’ici la fin d’avril, une toute nouvelle version de notre site Internet, www.fugues.com prendra son envol et vous séduira très certainement.