Pour y marivauder en paix

La marivaude

Claudine Metcalfe
Commentaires
On oublie trop souvent ce petit resto, est-ce parce qu’il est situé sur la déprimante rue Ontario? Il ne faudrait pas, il est tellement apprécié à chaque visite pour la qualité de ses produits, la fraîcheur des aliments et la recherche du bon goût classique dans un souci d’innovation. Le modeste local tout en longueur est bien aménagé, avec ses couleurs vives, quelques tables de la section non-fumeur à l’avant près des fenêtres, la musique d’ambiance est bien diffusée, ajoutant au cachet du type bistro français classique. Le comptoir et la caisse sont tout au fond, devant les cusines.

La cuisine est de type française classique, avec ses abats, ses poissons, son lapin et veau. La carte est simple mais complète, de même pour la carte des vins. Le service est courtois et le serveur est amical et souriant, malgré le rush du lunch.

Les finesses (8.95$) sont des entrées alléchantes : l’os à moelle et sa confiture d’oignons, le tartare de saumon à l’arôme du fumoir, le croûton de chèvre chaud aux poires et noix de Grenoble, la langue de veau gribiche, l’aumônière de pétoncles sur coulis de poivrons rouge. La carte suit les saisons et le marché, mais des classiques demeurent : les aiguillettes de magret de canard sauce au poivre vert, filet de truite saumonée aux agrumes. Les spécialités sont les abats, le veau et font honneur au chef Cécile. Ils sont servis en table d’hôte, de 13,95$ et 24,95$ ou en menu dégustation à 4 services (ajouter 12$ chacun). Voyez : la cervelle grenobloise, les rognons sauce dijonnaise, le foie au porto, le filo de ris aux poires, l’escalope à la fourme d’Ambert, le mignon aux poivres, la côte Bordelaise.

J’y suis allée un jeudi midi, et quel plaisir de réaliser qu’il s’agit bien de dîners d’affaires (fini les dîners d’hommes d’affaires!) puisqu’à une dizaine de tables, les chefs de services au féminin de l’hôpital Notre-Dame y tenaient de sérieuses réunions. Le resto se porte bien à ce genre de rencontres, puisque l’on s’y sent bien, à l’aise, sans empressement ni fla-fla, comme des habitués, même si nos visites sont trop rares.

Ce midi de froid de février, on nous proposait un potage aux légumes, riche et onctueuse préparation avec patates et poireaux en fond, ou une salade verte nappée avec une vinaigrette maison douce mais relevée. Le choix est varié et plaît à tous entre les cappelleti sauce rosée (8.95$), les paupiettes d’aubergine farcie au tofu et champignons (9.95$), la salade tiède de confit de canard (10.95$), le filet de saumon aux agrumes (12.95$). Le râble de lapin farci au ris de veau (13.95$) est une intéressante assiette où deux tranches (de deux pouces chacune) de dos de lapin reposent sur quelques ris poêlés, avec une sauce bien montée, qui aurait eu avantage à être servie plus généreusement. Le foie de veau au vinaigre balsamique (10.95$) comprend deux belles tranches absolument savoureuses et fondantes en bouche. Les assiettes sont bien garnies et très jolies pour l’oeil : champignons farcis, petit poivron jaune farci, mousseline de pomme de terre, haricots verts et carottes en julienne.

Pour deux le midi, avec 2 verres de vin maison et taxes, sans service : 40$.
La Marivaude, 1652, rue Ontario Est, Info : (514) 522-9897.