Natural Woman

Linda Gosselin
Commentaires
Ce roman en trois temps, publié en 1987 au Japon, et en traduction française en 1996, est désormais disponible en format de poche. Il semble que les romans «underground» japonais soient de plus en plus disponibles en français aujourd'hui. Natural Woman, partie intégrante de ce courant, nous démontre que même si le Japon demeure conservateur en ce qui concerne le rôle des femmes dans la société, il existe tout de même des endroits dans les grandes métropoles où les femmes s'affranchissent du rôle qui leur est assigné. À Tokyo, dans un milieu marginal de la ville où circulent les mangas érotiques sado-masochistes (bandes dessinées japonaises), évolue le personnage principal du roman, Yôkô, qui pratique le métier de bédéiste. Cette culture sert de contexte à l'exploration d'une sexualité qui, sans verser dans le sado-masochisme extrême, préconise tout de même le jeu du bourreau et de l'esclave. À travers le récit de Yôkô, qui se remémore ses relations avec Yukiko, Hanayo et Yuriko, nous sommes témoins des transformations qui s'opèrent dans son imaginaire érotique et amoureux, parcours initiatique où son rapport troublant à l'autre la révèle à elle-même. L'écriture simple et précise de Matsuura rend très bien compte de cette évolution pour le moins complexe, parfois surprenante. Une réflexion originale sur les rapports de force entre femmes, sur la cruauté, sur l'ambivalence des sentiments et sur la quête d'identité à travers la sexualité.
NATURAL WOMAN, Matsuura Rieko. Arles: Picquier poche, 2000, 191 p.