Le fils du président

Benoit Migneault
Commentaires
La couverture ne paye pas de mine et laisse supposer un énième pseudo-best-seller constitué de dialogues d'une mièvrerie à faire pâlir d'envie Barbara Cartland. Et pourtant non! À ma grande surprise, l'ensemble est très solide et évite tous les lieux communs que l'on retrouve généralement dans ce type d'ouvrage. Le roman gravite autour de D.J. Marshall, fils du président des États-Unis en poste qui se porte candidat pour un deuxième mandat. D.J. est l'incarnation de tout ce qui plaît à l'Amérique : il est jeune, athlétique et beau à fendre les pierres. Mais voilà, il est également gai et ceci complique un peu la situation pour le comité chargé de la réélection de son père qui tente par tous les moyens de camoufler son «état» ainsi que la relation de ce dernier avec son amant, Terry. L'auteur, Krandall Kraus, fut conseiller à la Maison Blanche et présente ici une peinture fort intéressante des coulisses de la machine électorale américaine. Pressions, chantages, enlèvements ou meurtres : tout est bon pour conserver le pouvoir. Pris dans cet engrenage infernal, les deux hommes pourront-ils trouver une solution pour échapper à l'implacable bulldozer de la morale américaine? D.J. peut-il faire confiance à Parker — son séduisant garde du corps — qui prend de plus en plus de place dans sa vie depuis sa séparation forcée de Terry? De plus, sa relation avec Terry est-elle aussi saine qu'il le croit? Un roman qui se lit d'une traite et qui ne sacrifie que peu aux lieux communs du genre.
Le fils du président / Krandall Kraus. Montblanc : H&O, 2001. 317p.