L’insecte

Benoit Migneault
Commentaires
Ouvrage sur le sida écrit à la première personne du singulier. Il s'agit en effet d'une autobiographie où le virus prend pour la première fois la parole pour nous narrer sa petite histoire, mais surtout pour nous faire part de ses réflexions quant à l'attitude de la société à son égard (et, à travers lui, envers ceux qui en sont porteurs). Le narrateur y règle ses comptes en établissant une distinction fondamentale entre les autres (la communauté hétérosexuelle) et eux (la communauté gaie). Il ne s'agit ni plus ni moms que du procès d’une société hétérosexiste qui ne s'est préoccupée du phénomène que lorsqu’elle fut touchée par celui-ci. L'écriture de l'auteur s'y révèle d'une grande intensité et livre quelquefois des instants de grandes émotions, mais l'ensernble manque de nuances. Je ne sais si la situation est toujours aussi tranchée entre hétérosexuels et gais en France face au sida, mais au Québec, ce n'est pas le cas et il est donc parfois difficile de partager complètement les vues de l'auteur. L'ouvrage n'en demeure pas moins fort intéressant de par la puissance des images suscitées.
L'insecte, Jean-Michel Iribarren. Paris : Seull, 2000. 93p.