L’homophobie

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Même si le concept a fait son apparition dans les années soixante-dix, il faudra attendre presque vingt ans pour que le mot «homophobie» entre dans les dictionnaires, ce qui lui assure une légitimité. Employé couramment de nos jours, ce mot désigne une attitude de rejet ou d'agressivité envers les homosexuels. Daniel Borrillo, universitaire spécialiste en droit, explore ce concept, en souligne les origines, mais surtout il met en lumière que ce n'est pas seulement l'attitude obsolète de quelques individus. L'homophobie est le produit historique des sociétés face aux sexualités différentes de la norme. De sa forme la plus exarcerbée à sa forme la plus douce, l’homophobie contribue à maintenir dans nos sociétés la suprématie hétérosexuelle. Du crime haineux contre un jeune gai, aux partisans qui s'opposent au mariage des homosexuels, l'homophobie a de multiples visages dont un que l'on ne doit plus ignorer, celui qui se retrouve chez les homosexuels eux-mêmes. Élevés pour être hétérosexuels, beaucoup de gais garderaient cette part d'homophobie qui se traduirait par la haine de soi-même. «L'homophobie est un préjugé et une ignorance qui consistent à croire en la suprématie de l'hétérosexualité». Ainsi, il y aurait encore beaucoup de chemin à faire pour que l'homosexualité puisse être reconnue comme un état ayant la même valeur que l'hétérosexualité sur tous les plans, et pas seulement juridiques. Daniel Borrillo se méfie des thèses qui célébreraient le respect de la différence sexuelle en enfermant un groupe dans une spécificité particulière qui produirait une logique d'exclusion tout aussi dangereuse que les manifestations d'hostilité envers les homosexuels. Daniel Borrillo termine son essai par des propositions de moyens d'action qui devraient selon lui arriver à bousculer, non seulement les lois, mais les mentalités en remettant en cause cette suprématie de l'hétérosexualité. Un ouvrage incontournable à offrir à tous ceux qui veulent en savoir plus sur l'homophobie, d'autant que Daniel Borrillo, et le fait est suffisemment rare pour qu'il mérite d’être souligné, appuie son essai en citant les travaux de chercheurs québécois, Michel Dorais entre autres, et des études québécoises comme De l'illégalité à l'égalité. Les universitaires français ne nous avaient pas habitués à cette ouverture.
Daniel Borrillo, L'homophobie, Que sais-je ?. Paris. PUF No 3563