L’homme marié

Benoit Migneault
Commentaires
Dernier né d’Edmund White, ce roman relate la relation amoureuse de deux hommes : Austin, un Américain qui approche de la cinquantaine, et Julien, un jeune architecte français marié. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’ouvrage ne tourne nullement autour de l’entreprise de séduction du jeune français. En effet, c’est plutôt ce dernier qui fait les premiers pas vers Austin. Dans le même ordre d’idées, même si dès le départ nous savons que l’Américain est séropositif, l’action ne tournera pas autour des problèmes de santé de ce dernier, mais plutôt autour de ceux de Julien qui se révélera également atteint du virus. Il y a peu d’action dans cet ouvrage. On y retrouve plutôt une analyse soignée des états d’âmes des personnages ainsi que de multiples réflexions sur la vie, les relations amoureuses et la société dans son ensemble. À ce sujet, je m’en voudrais de ne pas souligner que les deux protagonistes font un bref séjour à Montréal et à Québec et que si cette dernière reçoit les louanges de l’auteur, il n’en est pas de même de Montréal qui se fait sérieusement écorcher au passage. Le roman s’avère donc fort intéressant, enrichissant même, mais là où le bât blesse, c’est le personnage de Julien qui ne m’a inspiré que peu de sympathie, si ce n’est même d’intérêt. En fait, à l’exception d’Austin, le seul personnage qui ait retenu mon attention est George, un homme qui ne fait malheureusement son apparition que dans les dernières pages du roman et qui semble psychologiquement beaucoup plus complexe et trouble que Julien.
L’HOMME MARIÉ. Edmund White. Paris : Plon, 2000. 296 p.