Malawi

Un tribunal examine une demande de libération de trois homosexuels emprisonnés

L'agence AFP
Commentaires

Un tribunal du Malawi a commencé lundi l'audition d'une association de défense des minorités qui réclame la libération de trois homosexuels emprisonnée il y a trois ans et l'abolition des lois criminalisant l'homosexualité.


« Nous voulons que le tribunal déclare que ces lois criminalisant l'homosexualité sont anticonstitutionnelles », a déclaré Gift Trapence, directeur de cette association, le Centre de développement populaire (CEDEP).

« Nous voulons aussi une révision des jugements du tribunal pour trois hommes qui purgent une longue détention pour leur homosexualité », a dit Gift Trapence.

En 2011, le tribunal a condamné Amon Champyuni, Mathew Bello et Mussa Chiwisi à des peines allant de six à douze ans, assorties de travaux pénibles pour des « actions contre nature » et la pratique de la sodomie.

« Tant que les relations entre personnes de même sexe sont consenties et se font en privé, personne ne doit se sentir dérangé », a déclaré Gift Trapence.

L'Association des avocats du Malawi, qui représente 300 avocats du pays, soutient ce groupe dans son combat judiciaire, a assuré Gift Trapence.

L'audience a été ajournée au 21 mars. Cette affaire survient cinq ans après la condamnation de deux homosexuels à 14 ans de travaux pénibles.

Il s'agissait d'un couple qui a été libéré après des protestations internationales. Selon les lois du Malawi, des peines de 14 ans de prison pour les hommes et de cinq ans maximum pour les femmes sont prévues pour pratiques homosexuelles.