Yunus Chkirate

Vivre D’art et d’amour

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Yunus Chkirate
Yunus Chkirate
  • Yunus Chkirate
  • Yunus Chkirate
« J’ai vécu d’art, j’ai vécu d’amour » chante Fiora dans le célèbre aria de Tosca de Puccini. Ce sont les mêmes flammes, l’amour et l’art, qui animent l’artiste visuel Yunus Chkirate et qui se traduisent dans ces immenses toiles où les passions à travers la fulgurance des jets de couleur débordent le cadre imposé du support. Yunus Chkirate est avant tout un passionné. Il n’y pas de frontières entre le feu qui l’habite et l’expression de ce dernier dans son œuvre. 

Yunus Chirate

Rien pourtant ne le prédestinait à embrasser cette carrière dont on sait qu’elle est hasardeuse et qu’un rien peut faire basculer. L’artiste en est conscient et travaille autant à sa création qu’à la faire connaître. Une expérience pas si lointaine – Yunus est jeune – dans le monde de la mode lui a donné quelques pistes et techniques pour faire connaître son travail. Ne pas croire que le créateur ne doute pas. L’art ne se conjugue pas avec les certitudes. C’est une quête que Yunus a faite sienne pour lui et pour nous. 
 
Né à Montréal, de parents italo-marocains, Yunus Chkirate a toujours une passion pour le dessin, mais en dilettante. Observateur de ses contemporains,les expressions du corps, du visage et surtout des yeux l’amenaient à s’interroger sur la manifesttaion des émotions, des sentiments. Au fil du temps, Yunus développe sa technique, mais sans penser un jour faire le saut. «Ce sont les réseaux sociaux qui m’ont en quelque sorte convaincu», affirme le jeune homme qui nous reçoit dans une cuisine atelier entourée de ses dernières créations. «J’ai commencé à mettre sur les sites mes toiles, et la réponse a été plus positive que jamais. C’est même là que j’ai commencé à en vendre», dit-il dans un large sourire. «Tout a commencé comme cela, et je me suis posé la question alors si je devais ne faire plus que ça. Un choix que j’ai fait il y a quatre ans». Depuis, Yunus Chkirate s’est imposé dans le monde de l’art, aidé par sa grande amie Kat Coric, qui est aussi son agente. 
 
Son obsession et qui traverse tout son travail comme sa recherche, l’amour. «Comment aujourd’hui vit-on l’amour, la passion, alors que l’on peut multiplier les partenaires sexuels, et que même si on ne le recherche pas, il arrive que ça nous tombe dessus?», explique-t-il. «Comment définir ou rendre compte de ces mouvements intérieurs qui nous habitent ? C’est mystérieux.» Alors comme les mots nous manquent, quelle que soit la langue que l’on utilise, il ne reste plus que le geste, le mouvement et les couleurs, franches et pures comme la passion. Ce brasier qui enflamme notre âme alors que le corps peut les contenir, même les masquer. Le corps qui est peut être un révélateur de nos tsunamis émotionnels tout comme il peut être un masque pour ne surtout pas qu’ils ne transparaissent. Ces corps monochromes et sombres aux contours jamais trop nets d’où jaillissent l’intensité et la fougue des émotions trop longtemps étouffées. Nous serions des volcans qu’il ne faut pas éteindre. 
 
«Je ne sais pas trop comment tout cela s’explique, mais cela m’intri-gue. Peut-on aimer plusieurs personnes en même temps, peut-on vivre sans aimer ou encore peut-on n’avoir aucun désir physique pour personne?», se questionne Yunus, «Et tout cela peut changer avec le temps. Une rencontre peut tout faire basculer, ébranler nos certitu-des». Alors, le jeune homme cherche à rendre ces émotions dans le trait dont la couleur vient brouiller l’immobilisme, la tranquillité, la fausse assurance. 
 tableau
Choisi pour exposer en solo en Australie, Yunus Chkirate et son exposition intitulée Modernized  font partie de la programmation officielle du Sydney Gay & Lesbian Mardi Gras. L’exposition Modernized se retrouvera bien évidemment dans d’autres villes avec chaque fois des créations inspirées par la ville d’accueil. Que montrera Moderni-zed ? L’amour bien évidemment. Les œuvres de Yunus seront accompagnées de photographies et de vidéos de son ami et complice Paul- André Larocque. Mais voilà, Sydney, c’est loin et c’est cher, c’est pour cela que Yunus Chkirate avec l’aide de son amie Kat Coric, souhaite que nous soyons nombreux à contribuer financièrement à la réalisation de cette exposition, et bien entendu tout don est bienvenu, ou mieux encore en achetant une toile de Yunus déjà existante ou à venir.
 
 
En attendant, Yunus continue à explorer l’amour, ce sentiment universel, qui ne cesse de nous surprendre et de nous interroger, de jouer à cache-cache avec notre raison. L’artiste espère à travers ses toiles trouver pour lui-même des réponses… à moins que cela ne l’entraîne vers d’autres questionnements, d’autres créations. 
 
 
Pour en savoir plus :  [email protected]
www.yunuschkirate.com  514-924-4527